L'Eure Agricole Et Rurale 10 juillet 2020 à 07h00 | Par BRUNO OSSON ET ROSINE DEPOIX

Fourragères et sécheresse 2020, prévenir et guérir.

Nous subissons, cette année encore, une sécheresse exceptionnelle qui, à force de se répéter, devient non plus exceptionnelle mais habituelle, bien que toujours aussi dramatique pour le monde de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Préserver ses prairies pour l’avenir. Des espèces résistent
mieux à la sécheresse telles que le fétuque élevée, le dactyle, le lotier et surtout la luzerne.
Préserver ses prairies pour l’avenir. Des espèces résistent mieux à la sécheresse telles que le fétuque élevée, le dactyle, le lotier et surtout la luzerne. - © GNIS

Face à cette situation, deux issues sont à envisager : gérer l’urgence et repenser son système pour les années futures. Des solutions sont possibles à court terme avec les intercultures et à long terme en choisissant bien les espèces adaptées lors de ressemis de prairie.

 

GÉRER L’URGENCE, PRÉSERVER LES PRAIRIES EN PLACE

Il convient d’abord de ne pas dégrader les prairies par le surpâturage. Si c’est le cas, il est préférable de concentrer les animaux sur une petite surface et de les affourrager. Un pâturage trop ras épuise la plante de ses réserves glucidiques, réduit la surface foliaire et pénalise fortement le redémarrage de la croissance dès le retour de la pluie. Le surpâturage entraîne aussi la nanification de certaines graminées qui est irréversible. Quelques espèces cessent de produire mais ne meurent pas, comme le raygrass anglais. D’autres meurent comme la fétuque des près ou les pâturins.

Lorsque la végétation cesse de pousser, le sol continue de libérer de l’azote qui s’accumule et qui sera disponible dès le retour des pluies. Il n’est donc pas utile de s’empresser de donner un apport azoté, il est même possible de s’enabstenir.

 

SEMIS DE PRAIRIE, UNE OPÉRATION POSSIBLE

Lorsque la prairie est en souffrance, les conditions sont idéales pour réussir le sursemis, en espérant, bien sûr, une pluie d’orage après le semis. L’on peut alors choisir les espèces de façon classique, c’est-à-dire en fonction du type de sol, de l’objectif d’utilisation, de la période de production et selon la pérennité. Mais l’on peut également, puisqu’il s’agit d’une situation d’urgence, semer des espèces très rapides d’installation comme le raygrass d’Italie ou hybride. Il est d’ailleurs possible d’associer ces raygrass aux autres espèces plus pérennes afin qu’ils servent de couvert et protection. Une fois les RGI et RGH en fin de vie, les autres espèces prendront le relais. Un premier pâturage est envisageable 30 jours après le sursemis.

 

INTERCULTURES POUR SE REFAIRE

Les cultures dérobées fourragères sont une solution à étudier, notamment après les cultures qui se récoltent tôt, tels que les orges ou certains légumes. Beaucoup d’espèces sont disponibles. Pour les choisir, il convient de se poser quelques questions clés : où se situe la parcelle et peut-on envisager facilement un pâturage, peut-on réaliser une récolte mécanisée, à quelle date sera-t-il possible de semer, quelle sera la culture l’année suivante, comment prévoir la destruction du couvert après l’exploitation, quand exploiter (dès l’été - automne, en hiver, au printemps, ou à plusieurs de ces périodes) ? Pour aider à la prise de décision, le GNIS met à disposition, sur simple demande, une réglette qui permet d’intégrer toutes ces questions à se poser. Les réponses sont ainsi accessibles avec une information simple sur chacune des espèces utilisables. Cette période de sécheresse est l’occasion d’observer, le long des chemins, quelles sont les espèces qui résistent le mieux. Un bon indicateur qui peut servir au choix des espèces à semer pour les prochaines saisons.

 

ENVISAGER LES ANNÉES FUTURES

Personne ne peut prédire le climat dans les années futures proches. Il est néanmoins logique de penser que les sécheresses deviendront récurrentes. Plusieurs pistes sont alors à explorer. Il peut être intéressant d’implanter des mélanges d’espèces et de variétés bien adaptées pour renouveler ses prairies en exploitant au mieux le progrès génétique des variétés récentes. Par ailleurs, il sera nécessaire de mener une réflexion pour gérer des stocks d’herbe de qualité sur pied. Enfin, un aménagement des parcelles est éventuellement à envisager. Ainsi, planter des arbres et des haies permettra d’obtenir de l’ombre favorable aux plantes prairiales et aux animaux en période de chaleur et de sécheresse.

 

EVITER L’AMALGAME ENTRE SÉCHERESSE ET CHALEUR

Lorsque l’on évoque la « sécheresse», l’on pense aussi canicule. Pourtant il s’agit de deux sujets bien distincts. Il peut faire sec, sans excès de chaleur, ou très chaud, alorsqu’il reste encore une bonne réserve en eau dans le sol. Des espèces résistent mieux à la sécheresse que d’autres : la fétuque élevée, le dactyle, le lotier et surtout la luzerne qui est en quelque sorte une assurance sécheresse. D’autres espèces cessent de produire mais ne meurent pas, comme le raygrass anglais et le raygrass hybride. D’autres encore sont sensibles et disparaissent définitivement comme la fétuque des près (sauf quelques variétés sélectionnées) et leray grass d’Italie. La fléole est aussi assez sensible. Il est important de préciser que pour obtenir une flore qui résiste mieux à la sécheresse, il faut favoriser la profondeur d’enracinement. Pour cela, deux moyens existent : faire monter la végétation pour effectuer une fauche une fois tous les 2 ou 3 ans et favoriser la vie du ver de terre. Ce dernier brasse les différents horizons du sol, aère la terre en profondeur grâce à ses galeries, favorise le drainage, enrichit le sol avec ses déjections et permet de répartir la fertilité. Pour soutenir l’activité du ver de terre, il y a trois moyens : hersage en surface, apport d’effluents d’élevage (idéal : fumier de dépôt ou compost) et tranquillité !

En ce qui concerne l’excès de chaleur, la plupart des plantes sont actives jusque 30 à 33°, sauf le raygrass anglais qui entre en dormance au-dessusde 25° ! La luzerne pousse jusque 40° !

 

GÉRER DES STOCKS DE FOURRAGE SUR PIED DE QUALITÉ OU COMMENT PÂTURER JUSTE

La proportion de fourrage pâturé dans l’alimentation annuelle impacte beaucoup le résultat économique. Récolter mécaniquement coûte cher. Néanmoins constituer des stocks abondants sur pied et les faire pâturer exige quelques règles. Il faut que la parcelle ait été déprimée, voire pâturée lors dudeuxième passage des animaux pour favoriser le tallage et la densité et ne pas avoir trop de vieilles feuilles. Puis il faut se donner l’objectif d’avoir une bonne proportion de légumineuses, trèfle blanc, lotier, luzerne, trèfle violet. Comme l’herbe pâturée sera haute (30 à 60 cm), il est indispensable d’organiser un pâturage au filavancé chaque jour (fil avant et fil arrière) ou de constituer des petits paddocks quotidiens. En pâturage classique il est clairement établi que la hauteur d’herbe au pâturage doit se situer entre 5 et 15 cm. La qualité doit être une priorité. En prairie temporaire, les critères variétaux des espèces à privilégier sont la souplesse d’exploitation, la précocité, la remontaison, la résistance aux maladies. Le site www.herbe-book.org permet à tous d’avoir accès à l’information sur les variétés du catalogue officiel français.

 

LA BETTERAVE FOURRAGÈRE S’ADAPTE QUEL QUE SOIT LE CLIMAT

La betterave fourragère est une plante particulièrement intéressante pour les éleveurs. En effet, si une période devient défavorable (sécheresse, chaleur ou froid), la betterave cesse de croître. Toutefois, dès que les conditions sont à nouveau favorables, elle redémarre très vite avec souvent une croissance compensatrice, diminuant ainsi très fortement les retards de croissante constatés. La betterave fourragère surprend toujours par sa productivité. Le rendement peut être de 100 à 120 tonnes à l’hectare, soit 18 à 20 000 UFl. Par contre, elle se caractérise par sa faible valeur d’encombrement qui est de 0,6 UEl. La betterave fourragère est, quant à elle, facile à conserver tout l’hiver. Elle est mécanisable du semis à l’auge, à moins qu’elle ne soit valorisée en pâturage au fil. Pour obtenir plus d’informations techniques sur cette espèce et des renseignements sur les variétés, rendez-vous sur le site www.betterave-fourragere.org. Le métier d’éleveur exige sans cesse d’avoir de la réactivité et de l’adaptabilité face à des situations naturelles, économiques ou politiques qui changent. C’est pour cela qu’il est essentiel de se maintenir en veille d’informations techniques officielles et validées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui