L'Eure Agricole Et Rurale 02 avril 2019 à 09h00 | Par L'Eure Agricole

Faux départ pour la saison de pâturage.

Suivre la croissance de l’herbe en Normandie et comprendre comment valoriser aux mieux l’herbe pâturée, tels sont les objectifs de l’observatoire régional de la croissance de l’herbe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dès février, des éleveurs ont pu sortir leurs animaux.
Dès février, des éleveurs ont pu sortir leurs animaux. - © LUC DELABY /INRA
Pour cette nouvelle année, l’observatoire de l’herbe sera composé d’un réseau de 32 exploitations réparties sur l’ensemble de la Normandie. Les partenaires impliqués restent inchangés à savoir Littoral Normand, Elvup, INRA, les lycées agricoles et la chambre d’agriculture. Davantage d’éleveurs ont également pris part au réseau en mesurant eux-mêmes rigoureusement l’herbe de leurs pâtures.
UN HIVER PEU MARQUÉ
Le réseau se veut le plus représentatif de la région avec 7 à 9 sites par département hormis l’Eure où les prairies sont nettement moins présentes. Les niveaux de production sont compris entre 4000 à 10000 litres de lait par vache, les chargements de pâturage de 15 à plus de 45 ares par vache, enfin les pluviométries vont de moins de 700 à plus de 1100 mm/an. Si la majorité des exploitations sont laitières quatre produisent de la viande bovine et une élève des moutons. De manière générale l’hiver a été clément et a permis à de nombreux troupeaux de ne rentrer que fin novembre voir décembre. Le regain d’automne est apparu tardivement. Outre les économies de fourrage, cela a permis de limiter la quantité d’herbe sur pied durant l’hiver ce qui favorisera la repousse au printemps.
ET UN PRINTEMPS PRÉCOCE ?
Les conditions météo du mois de février, parfois digne d’un mois de juin, ont permis à de nombreux éleveurs de sortir les animaux. Toutefois ce fut dans de nombreux cas un faux départ et les vaches ont souvent dû rentrer en stabulation début mars. Actuellement, les troupeaux qui pâturent ont encore une distribution de fourrage conséquente proche de 100 % des besoins. Pour les sites mesurés, le stock d’herbe disponible dans les parcelles permet 6 jours d’avance au pâturage sans distribution de fourrages conservés (soit 100kg MS/VL) et 49 jours avec la ration actuelle. Un compromis existe donc et il s’agit d’engager dès maintenant les transitions alimentaires en permettant aux vaches l’ingestion de 4-5 kg de matières sèche d’herbe pâturée. Cela permettra d’être prêt pour le vrai départ que l’on peut espérer dans les prochaines semaines. Sans cela, certaines parcelles doivent d’ores et déjà être retirées du circuit de pâturage et prévues à la fauche. Les conditions météo des jours à venir sont bonnes, dès que possible sortez vos vaches si ce n’est déjà fait.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui