L'Eure Agricole Et Rurale 19 mai 2020 à 07h00 | Par ACTUAGRI

Faut-il traiter le matin, le soir ou la nuit ?

Pour répondre à cette question, il faut s’intéresser à trois critères : le mode d’action du produit appliqué, la période de l’année et l’absence de vent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC GUTNER

En pulvérisation, tout est une question d’hygrométrie : quels que soient le produit et le volume de bouillie appliqués, il faut viser l’hygrométrie maximale pour limiter les pertes de produit par volatilisation. Et les bonnes conditions d’hygrométrie commencent à partir de 60 %, ce qui est souvent le cas le matin et le soir.

 

PRÉFÉRER LE MATIN POUR APPLIQUER LES PRODUITS RACINAIRES OU DE CONTACT

Dans le cas des produits racinaires (qui pénètrent par les racines) et des produits de contact (qui agissent là où ils tombent), l’hygrométrie de l’air n’agit pas directement sur leur efficacité. Ils peuvent donc être appliqués aussi bien le matin que le soir. Mais comme tout traitement doit être par ailleurs réalisé en l’absence de vent, il sera préférable de traiter le matin, période où le vent est généralement moins présent qu’en soirée.

Pour les produits systémiques, le raisonnement est un peu différent car l’hygrométrie est un facteur important de leur efficacité : ils doivent pénétrer dans la plante pour agir. Pour cela, ils doivent traverser la cuticule des feuilles.

 

LES PRODUITS SYSTÉMIQUES ONT BESOIN D’HYGROMÉTRIE ÉLEVÉE POUR AGIR

Cette membrane cireuse est une barrière naturelle qui permet aux plantes de conserver leur humidité. En temps normal, elle est très comprimée et donc imperméable. Le seul moment où le produit peut la traverser, c’est lorsqu’elle est dilatée. Cet état intervient lorsque la plante bénéficie de conditions « poussantes », c’est-à-dire lorsque l’hygrométrie est élevée (> 70 %) et les températures douces (> 7°C). En sortie d’hiver, ces conditions peuvent être remplies durant toute la journée. Peu importe alors que le traitement soit effectué le matin, en pleine journée ou le soir, pourvu qu’il n’y ait pas de vent. C’est notamment le cas pour les sulfonylurées appliquées dès février. Durant les mois de mai et juin, les conditions d’hygrométrie sont généralement réunies le matin et le soir. Mais en soirée, la plante est encore sous l’effet du stress thermique de la journée. Elle n’est donc pas réceptive aux produits. Il est donc recommandé d’appliquer les produits systémiques en fin de nuit ou en matinée à cette période de l’année. Certains adjuvants ont des effets humectants ou hygroscopiques, c’est-à-dire qu’ils limitent la dessication des gouttes. C’est le cas des adjuvants à base de sulfate d’ammonium. Ils peuvent être utiles les années sèches pour renforcer l’efficacité d’un produit. Mais en aucun cas ils ne permettent de s’affranchir des bonnes conditions d’hygrométrie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui