18 novembre 2004 à 00h00 | Par F. Carbonell

Farmstar - Un outil de conseil agronomique aux multiples facettes

Une première campagne aura suffi pour apprécier les qualités de l´outil d´aide à la décision qu´est Farmstar. Un outil dont l´utilisation va être étendue à (presque) tout l´Eure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Observer la terre pour piloter les cultures : c´est ce que propose aujourd´hui Farmstar, un outil de conseil Observer la terre pour piloter les cultures : c´est ce que propose aujourd´hui Farmstar, un outil de conseil agronomique qui a fait ses "premiers pas" au cours de cette année 2004 dans l´Eure. "7400 hectares de blé et de colza ont été suivis chez 270 agriculteurs pour cette première campagne" souligne Odile Tauvel, la technicienne et coordinatrice de ce dossier à la Chambre d´agriculture de l´Eure."C´est un outil de diagnostic particulièrement intéressant qui permet de gagner du temps et qui propose une approche globale de la parcelle avec beaucoup plus d´indications données par rapport aux outils utilisés jusqu´à présent, explique la technicienne. Après les tests de cette première année et le bon retour des agriculteurs vis à vis de cet outil, il était logique d´offrir cette technique innovante à un panel d´agriculteurs beaucoup plus large pour la saison à venir."Farmstar donne donc, grâce à l´utilisation d´images satellite (spécialement commandées pour l´agriculture) des données précises sur l´état de la végétation dans chacune des parcelles recensées, permettant ainsi à l´agriculteur d´adapter la conduite de ses cultures.

Trois axes essentiels

Le conseil satellitaire tel qu´il est proposé avec Farmstar doit permettre aux agriculteurs de s´y retrouver, à la fois dans la dimension économique, agronomique et environnemental. Explications. "L´économie, c´est apporter de l´azote là où il faut, éviter de surfertiliser inutilement à certains endroits ou sous-fertiliser à d´autres, précise Odile Tauvel. C´est également d´adapter les intrants aux différences intraparcellaires avec, à la clé, une économie ou une optimisation du rendement." Et comme rien ne vaut l´expérience acquise, la coordinatrice de la Chambre rappelle "que pour le colza, par exemple, on mesure régulièrement une économie de plus de 15 N/ha par rapport à la pratique habituelle. Sur blé, les résultats d´essais ont montré qu´il n´y avait aucun intérêt économique à dépasser le conseil Farmstar en 2004." L´apport d´azote est une chose, mais Farmstar aide à la décision dans certaines autres situations, comme à l´heure d´utiliser un régulateur. "Ainsi, sur la totalité d´une parcelle, cela peut s´avérer être une dépense supplémentaire inutile. A l´inverse, l´impasse sur unrattrapage régulateur peut engendrer une verse pénalisante sur le rendement et la qualité sur une autre partie de la parcelle."Sur le plan agronomique, il faut d´abord rappeler que Farmstar utilise les modèles mis au point par Arvalis et le Cetiom. "Ces instituts apportent un appui pour l´adaptation locale des modèles agronomiques mais également pour l´interprétation des données". Dans le détail de cette approche agronomique, on rappelle fort justement que l´agrandissement des exploitations entraîne de nouvelles contraintes. De ce fait, le temps d´observation est de plus en plus important et l´hétérogénéïté parcellaires est souvent due à des historiques différentes de parcelles regroupées. "Farmstar permet d´obtenir des données précises sur un grand nombre de parcelles sans mettre en oeuvre aucune logistique de terrain (prise d´échantillon, pesée entrée et sortie d´hiver, manipulations d´appareils de mesure au champ...). On passe ainsi de l´artisanat à la série avec une meilleure précision, puisque c´est la totalité de la parcelle m2 par m2 qui est mesurée sans aucune contrainte pour l´agriculteur. Le conseil est donné ensuite pour chaque zone d´une surface de 20 m sur 20 m."Dernier aspect, non des moindres, l´environnemental. Annoncé comme outil de calcul, d´analyse et de justification de la fumure azotée du blé et du colza face aux contraintes de la réglementation zone vulnérable, "Farmstar est déjà considéré, par un certain nombre d´agriculteurs, comme un outil incontournable capable de répondre à leurs obligations spécifiques..." souligne enfin Odile Tauvel.On le voit ici, les possibilités offertes par Farmstar sont impressionnantes. "Après la période expérimentale de cette année particulièrement riche d´enseignements, l´outil va être désormais "accessible" à une très grande partie du département pour la saison prochaine. Et nous ne doutons pas que les 7400 hectares engagés en 2004 seront largement dépassés en 2005.">

Frédéric Chopin à Romilly la Puthenaye

"Une vision globale des parcelles très intéressante"

Trois parcelles (blé et colza) ont servi de base à cette première approche Farmstar chez Frédéric Chopin. "Cap Seine m´a proposé d´essayer cet outil, j´ai donc retenu une trentaine d´hectares cette année..." Une démarche qui n´a rien de surprenant chez l´agriculteur de Romilly la Puthenaye dans la mesure où il s´intéresse de très près aux nouvelles techniques, à l´instar du semis de précision qu´il pratique déjà. Par ailleurs, engagé en CTE, il ne cache pas son intérêt pour Farmstar qui est un bon outil de justification de ses pratiques. "Avec le CTE et la réglementation zone vulnérable qui nous concerne directement, il est indispensable d´avoir une conduite gérée avec une grande précision. Farmstar, à la différence des outils traditionnels, me donne une vision globale de mes parcelles et permet d´adapter la conduite des cultures , tout en assurant des pratiques qui respectent mon cahier des charges en terme environnementale..."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui