L'Eure Agricole Et Rurale 07 septembre 2018 à 11h00 | Par charles baudart

« Expliquer nous-même ce que l’on fait. »

Pendant une année, un champ de Gisay-la-Coudre a été le support pédagogique d’une classe de petits Parisiens, via le site monchamp.fr.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © c.baudart

Elle est agricultrice à Gisay-la-Coudre et régulièrement, elle échange avec des écoliers parisiens. Mélanie Lailler- Samain est l’une des adeptes de monchamp.fr, une plateforme internet qui met en relation agriculteurs et classes de primaires. Que cela lui rapporte t-il ? Rien, pas d’argent en tous cas. Mais elle modifie le regard du grand public sur sa passion. « Il y a quelques années, avec Cap Seine, j’ai suivi la formation Atouts jeunes et un Pendant une année, un champ de Gisay-la-Coudre a été le support pédagogique d’une classe de petits Parisiens, via le site monchamp.fr. intervenant de Passion Céréales nous a donné toute une série de clés pour expliquer notre métier. J’ai appris plein de choses », se remémore la jeune agricultrice.

SÉDUITE PAR L’IDÉE

Alors quand Mélanie a eu vent de la nouvelle idée de Passion Céréales, elle a vite voulu en savoir plus et a consulté le site. Séduite, elle s’est inscrite. « Le principe, c’est d’expliquer par nousmême ce que l’on fait. C’est mieux que de laisser d’autres le faire à notre place ou de laisser tout le monde s’imaginer n’importe quoi. » Elle a suivi un tuto en direct pour bien comprendre le fonctionnement de monchamp. fr. Quelques semaines après son inscription, Mélanie a été choisie par une classe de petits Parisiens, dans le XVIIe arrondissement. Tout au long de l’année, l’agricultrice a mis en ligne des photos d’une parcelle. Les enfants voient ainsi comment la culture évolue. Ils posent des questions et Mélanie y répond. « Chaque fois qu’il y a une nouveauté, je la photographie avec mon téléphone et je la mets sur le site. J’ai posté des photos des semences, de la levée et de différents stades jusqu’à la moisson », détaille Mélanie, qui remarque que « dès que les enfants voient du matériel ou des animaux, ils accrochent mieux. » L’IMPORTANCE DU RAPPORT AVEC LA NATURE Ce qui peut paraitre normal pour un agriculteur suscite l’intérêt des enfants: « au semis, il faisait tellement sec que le maïs a mal levé.

C’était l’occasion de parler de notre rapport avec la nature » se réjouit l’agricultrice, qui rappelle qu’elle est « fière de montrer ce qu’on fait », et espère que le soir, les enfants restituent à leurs parents ce qu’ils ont appris. Elle s’amuse de voir « qu’au fur et à mesure, on trouve le vocabulaire adapté aux enfants, comment leur expliquer ce que l’on fait, quels sont les messages qui passent ». Mélanie a choisi une parcelle semée en méteil à l’automne puis en maïs au printemps. « Ce n’est pas l’idéal car la récolte a lieu après la fin de l’année scolaire » remarque-t-elle. « Mais l’an prochain, je choisirai une parcelle de blé ou d’orge ». Car pour l’année scolaire qui s’annonce, c’est sûr, Mélanie va s’inscrire à nouveau. Les inscriptions à www.monchamp.fr pour la prochaine année scolaire sont ouvertes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui