L'Eure Agricole Et Rurale 16 octobre 2013 à 08h00 | Par propos recueillis par F.Carbonel

Economie - Afin de sécuriser les débouchés de l’agriculture euroise

Anne Laure Marteau est la nouvelle présidente de la commission économie de la chambre d’Agriculture de l’Eure. Elle évoque les orientations et les axes de développement qui seront soutenus lors de cette mandature.Première question...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FC/Eure Agricole

Avant d’évoquer la conduite  de la commission, votre présentation s’impose…
Je suis agricultrice à Morgny, maman de trois enfants. J’ai repris la ferme de mes parents en 2000. Côté formation, je suis ingénieur en agriculture de l’Isab Beauvais. Avant mon installation, j’ai travaillé pendant huit ans à la chambre d’Agriculture de l’Oise comme conseiller agricole puis j’ai mis en place un service communication, travaillant en collaboration avec votre confrère de l’Oise Agricole.Je suis installée sur une exploitation de  270 hectares que je cultive avec un salarié. Je produis les cultures de vente habituelles dans ma petite région : blé, colza, betteraves, lin, pois protéagineux, luzerne et un peu d’orge de printemps. (...)

Parallèlement à l’exploitation, j’ai ouvert depuis quatre ans un gîte rural sur ma ferme. Soucieuse de l’environnement et de sa biodiversité, le critère que je retiens pour la gestion de mon exploitation est celui de marge qui reste la composante essentielle de notre revenu au-delà de la notion de rendement. (...)


Comment êtes-vous arrivée à la chambre d’Agriculture ?
C’est le prolongement logique de mon exploitation et de mon métier d’agricultrice. J’avais certes d’autres engagements (administratrice au syndicat betteravier, conseillère municipale…). (...)
La chambre d’Agriculture répondait tout à fait mes aspirations. En effet, une chambre d’Agriculture se doit de travailler pour tous les agriculteurs et toutes les agricultures et c’est un positionnement que j’apprécie.

Parlons justement des missions   et des objectifs de votre commission…

Le principal objectif de la commission  économie, c’est d’arriver à sécuriser les débouchés de l’agriculture du département et sa rentabilité. Nous avons également une mission de prospective sur les conséquences économiques des réformes, à l’instar de la Pac. Concrètement, trois volets sont ainsi travaillés par les équipes des élus de la commission, appuyées par les ingénieurs et techniciens de la chambre d’Agriculture qui effectuent un travail de haute qualité. Il s’agit de l’économie des grandes filières ; des circuits courts et du tourisme ; de l’énergie et des Vana (valorisations agricoles non alimentaires).

Le premier acte important de notre commission a été l’organisation d’une journée de travail en mai dernier où chacun des membres a pu se positionner sur le ou les sujets qui lui tient à cœur dans les trois rubriques. Dans un second temps, nous avons donné la parole aux élus afin d’exprimer les chantiers prioritaires de ce début de mandature. Voici les thèmes principaux qui sont ressortis de cette concertation : le maintien de l’élevage, indispensable à l’équilibre agricole de notre département ; les conséquences de la réforme de la Pac ; la recherche de nouveaux débouchés et de nouvelles filières que ce soit filière de masse, circuit courts et de proximité ou énergie et la communication envers nos concitoyens.


(...)

Retrouvez cet article dans son intégralité dans l'Eure Agricole du 17/10/13, page 4

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui