L'Eure Agricole Et Rurale 07 janvier 2020 à 08h00 | Par AUDREY OTTONELLI

Du quinoa, des lentilles et des flageolets sur le plateau de Saint-André.

Bertrand Pilet a changé de cap il y a 3 ans. D’une exploitation polycultures et élevage, l’agriculteur cultive désormais des légumineuses et des pseudo-céréales. Rencontre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bertrand Pilet cultive 17 hectares en légumineuses et quinoa.
Bertrand Pilet cultive 17 hectares en légumineuses et quinoa. - © DR:

La Ferme des mille épis est située sur le plateau de Saint-André-de-l’Eure, à Epieds. Bertrand Pilet a repris la ferme familiale en 1988 pour y cultiver des céréales « dans le respect de la planète en agriculture raisonnée ». A l’époque, l’exploitation est donc en polycultures (blé,orge, luzerne, maïs) et élevage (vaches, boeufs, moutons etvolailles).

 

LA MÉTÉO A CHANGÉ LA DONNE

Au fil des années, la météo devient trop variable. « En juin 2016, nous avons enregistré un mois trop humide pour la saison ». L’agriculteur se remet en question. « Je voulais autre chose. Je travaillais déjà en contrat avec la coopérative Natup sur la lentille. J’ai, alors, lancé la culture du quinoa sans pesticide en 2017. Au départ, j’ai testé trois variétés sur 90ares et me suis orienté vers cette pseudo-céréale sans OGM et sans saponine dont le goût est prononcé en céréales sans être neutre.

Parallèlement, je m’interrogeais sur l’agriculture conventionnelle. Nous traitons de plus en plus pour une efficacité moindre ». L’exploitant a alors entamé une certaine réflexion et a fait le pari de faire de l’agriculture biologique.

 

DES PRODUITS ATYPIQUES

Fort de son succès avec son quinoa bio, Bertrand Pilet se lance dans d’autres produits «atypiques » pour se «démarquer des collègues. Il existe une vraie demande pour les légumineuses ». Lentilles vertes, lentilles corail, lentilles noires bélouga, haricots flageolets verts, haricots mungo, plus communément appelés soja vert ont rejoint les terres de l’agriculteur. « Je ne recherche pas le rendement mais la qualité. Je souhaite offrir aux consommateurs une totale transparence sur mes produits. Producteur et récoltant, je maîtrise toutes les étapes du semis à la commercialisation des graines. Et ce, en circuit de proximité». Pour inciter les plus réticents à gouter – « car les pâtes, les pommes de terre et le riz sont les principaux produits consommés » - Bertrand Pilet ets a femme Catherine proposent des dégustations lors de marchés du terroir. « Ma femme a, également, concocté des fiches avec différentes recettes comme la tablette chocolatée au quinoa, cranberries et noisettes, le tajine au quinoa ou encore le quinoa scandinave ».

Aujourd’hui, Bertrand Pilet cultive 17 hectares en légumineuses et quinoa. « J’ai d’autres projets en tête avec toujours le même objectif : produire un produit de qualité et goûteux ». A l’horizon 2021, la totalité de la ferme sera en agriculture biologique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique