Le Réveil Lozère 29 juillet 2021 a 09h00 | Par P. Olivieri

Du lait de foin qui n'attend qu'à être mieux valorisé

Le Gaec Bruel* est l'un des rares élevages de Châtaigneraie à avoir investi dans le séchage en grange et une alimentation 100 % à l'herbe. Des éleveurs très satisfaits avec un bémol.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La manipulation du foin se fait par une griffe suspendue à un rail fixé au faîtage du bâtiment.
La manipulation du foin se fait par une griffe suspendue à un rail fixé au faîtage du bâtiment. - © P. Olivieri

Le seul véritable regret de Géraud Bruel ? Ne pas pouvoir valoriser son lait 100 % au foin dans le cadre de la filière AOP cantal. « Notre type de ferme irait très bien sur le secteur de Saint-Flour, là-bas on aurait une valorisation à juste titre de notre lait alors qu'ici, il est mélangé aux autres sans différenciation », déplore l'éleveur laitier saint-mamétois qui a rejoint le Gaec parental en 2009. Le Gaec Bruel composé aujourd'hui de Géraud et sa mère Martine - qui fera valoir ses   [...]

 

� Lire la suite sur le site Le Réveil Lozère

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique