L'Eure Agricole Et Rurale 05 juillet 2012 à 15h19 | Par L'Eure Agricole

Dossier - Un tracteur équilibré pour ne pas trop tasser

Trouver le bon compromis entre un lestage suffisant pour optimiser la traction et un compactage du sol limité n'est pas toujours aisé. Voici quelques règles simples.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR/ Réussir

Les travaux du sol profonds (décompactage, labour, etc.) nécessitent une puissance de traction importante. Aussi, pour passer au sol le couple disponible aux roues, il est nécessaire de lester le tracteur convenablement, d'autant plus si la vitesse d'avancement est peu élevée. Cependant, il ne faut pas lester à l'excès, auquel cas le sol est compacté. "Les agriculteurs ajoutent du poids quand c'est obligé pour pouvoir avancer, constate Hubert Defrancq, de la société Laforge. Mais comme l'ajout ou le retrait de poids est fastidieux, une fois installé, il reste sur le tracteur. Cela entraîne du compactage des sols, de la fatigue mécanique et de la résistance au roulement, source de consommation accrue. Si le souhait de l'agriculteur est de réduire le patinage, la résistance au roulement correspond à environ un tiers de l'effort à fournir et est liée au poids sur les essieux. Il y a donc un compromis à trouver entre patinage réduit et résistance au roulement".

Le lestage dépend de la vitesse

Aussi, pour un lestage adéquat, il suffit de retenir quelques chiffres : en deçà de 6-7 km/heure, il convient de lester pour atteindre 55 kg/cheval (soit 5,5 t pour un tracteur de 100 ch), quand 40 à 45 kg/cheval suffisent à 8 km/heure et au-delà. Si ce lestage n'est pas compliqué à atteindre pour les petites puissances, il le devient pour les grosses. "Quelle que soit la marque, estime Hubert Defrancq, il faut, pour atteindre les 55 kg/cheval, ajouter 2 à 4 tonnes de lest sur un tracteur de 200 chevaux, 4 à 6 tonnes sur un 300 chevaux, 5 à 9 tonnes sur un 400 chevaux".

Masses arrière sur cadre

Avec les relevages avant, lester le pont avant n'est pas difficile. Pour le pont arrière, plusieurs solutions existent, comme les masses de roues, le gonflage des pneumatiques à l'eau ou encore les masses arrière sur cadre de type FlexiMass. Le gonflage à l'eau reste la méthode la plus fastidieuse. Elle impose de soulever le tracteur pour remplir le pneumatique et réduit la capacité du pneumatique à absorber les chocs. La vidange est également pénible.

La deuxième solution consiste à empiler les masses dans les roues. Si les constructeurs proposent des solutions ergonomiques, le montage et le démontage restent des opérations longues, nécessitant un chargeur et souvent deux personnes. Ceci explique que bon nombre d'agriculteurs laissent les masses de roues en permanence. "Pourtant, l'inertie des masses de roues monopolise 8 à 10 % de la puissance du tracteur dans la phase d'accélération et augmente les contraintes au freinage en décélération", selon Hubert Defrancq.

(...)

Retrouver la suite de ce dossier dans l'Eure Agricole du 5 juillet 2012, pages 10, 11,12 et 17.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui