L'Eure Agricole Et Rurale 16 avril 2014 à 14h27 | Par L'Eure Agricole

Dossier - Des combinaisons de fauche plus accessibles

Sans conditionneur, les faucheuses triples font progresser le débit de chantier sans utiliser de gros tracteurs et en préservant le fourrage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Lely / Pottinger

Les combinaisons de fauche triples équipées de conditionneur étaient jusqu’à présent réservées aux ETA, voire aux CUMA, principalement pour l’ensilage d’herbe. Pour répondre aux besoins de grosses structures ou de CUMA qui récoltent beaucoup de foin, les constructeurs proposent désormais des modèles allégés, sans condi- tionneur, compatibles avec la puissance des tracteurs couram- ment utilisés sur ces exploitations. Selon les machines et les conditions d’utilisation (relief, densité du fourrage), un tracteur de 120 à 150 chevaux suffit pour entraîner les trois faucheuses. La puissance absorbée est proche de celle d’une conditionneuse traînée de 3,20 mètres et infé- rieure à celle d’une combinaison de deux faucheuses condition- neuses portées frontales et arrière, tout en offrant une largeur nettement supérieure.


Avec une largeur de fauche de 8 à 9 mètres en moyenne, ces combinés triples permettent de récolter de grandes surfaces d’herbe en peu de temps (stade précis, fenêtres météo...). On les retrouve ainsi dans les régions traditionnelles de l’Est et du Massif Central où la qualité du fourrage est décisive. Mais selon les constructeurs, la demande semble se répartir sur tout le territoire, avec notamment un regain d’intérêt pour l’herbe dans certaines zones du grand ouest où l’on fait l’impasse sur le conditionneur pour mieux préserver la qualité du foin.

Outre le gain de puissance et l’économie de carburant, le passage à une faucheuse simple limite la complexité de la machine, tant dans la cinématique, qu’au niveau des châssis et des suspensions du fait du poids réduit. En découle un entretien moins contraignant et moins coûteux. En revanche, l’absence de conditionnement de l’herbe allonge son temps de séchage, impliquant généralement un passage de faneuse supplémentaire.

(...)



 


Retrouvez ce dossier complet dans l'Eure Agricole et Rurale du 17/04/14,


pages 11, 12, 13, 14 et 19.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui