L'Eure Agricole Et Rurale 27 mars 2013 à 14h32 | Par L'Eure Agricole

Dossier pulvérisateur - La pulvérisation assistée par GPS

Du jalonnage à la modulation en passant par la coupure de tronçons, le GPS améliore la précision d’application des intrants et facilite la maîtrise des appareils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir/CA27

La suppression de la tâche fastidieuse du jalonnage a sûrement été le meilleur argument pour faire décoller les ventes de systèmes de guidage par GPS. Plus que le gain de précision, c’est la simplification du travail et le gain de temps qui ont rapidement convaincu les utilisateurs. Car comme le rappelle Caroline Desbourdes, spécialiste agriculture de précision chez Arvalis-Institut du végétal, “en ayant réalisé des mesures chez des agriculteurs, la marge d’erreur est d’environ 15 cm chez ceux qui réalisent un jalonnage spécifique. Pour ceux qui jalonnent avec les traces laissées au semis, le recouvrement est d’environ 10 cm entre passage de semoir. On estime ainsi à environ 2 %, la surface de recouvrement moyenne. On peut espérer récupérer 1 % de la surface avec un système d’autoguidage recevant une correction gratuite. Mais il faut une correction dGPS payante ou du RTK pour approcher les 2 %”.

Profitant du signal GPS des systèmes de guidage, les constructeurs ont développé des dispositifs de gestion automatique de l’ouverture et de la fermeture des tronçons de rampe. En effet, même avec l’aide d’un système de guidage, il est très difficile de gérer la pulvérisation dans les fourrières, les pointes et les bordures avec des rampes de grande largeur. L’automatisme offre une bien plus grande précision que les impressions visuelles de l’utilisateur. “Avec une hypothèse de 100 % de recouvrement et une précision de guidage de 15 cm, la coupure de tronçons assure un gain de surface de 3 %”, estime Caroline Desbourdes.
Quant aux constructeurs, ils annoncent pour la plupart des gains de 3 à 5 % avec cet équipement qu’ils proposent tous en option à des prix variant de 3 000 à 5 000 euros.


Un gain de 3 à 5 % avec l
a coupure de tronçons
Les marques, disposant d’une  console multifonction (souvent Isobus) pour piloter le pulvérisateur,   intègrent le dispositif de coupure à ce même boîtier. C’est le cas des consoles GreenStar de John Deere, Novatop de Tecnoma (Müller Elektronik), Isomatch Tellus de Vicon, Amatron 3 de d’Amazone, Kuhn REB3. D’autres constructeurs utilisent un deuxième boîtier servant au guidage et à la coupure de tronçons, fournit par un spécialiste des outils GPS. Ainsi, Trimble équipe Hardi-Evrard et Berthoud. Ce dernier, tout comme Vicon, offre une deuxième solution avec Teejet qui fourni également son boîtier à Lemken. Caruelle-Séguip utilise le boîtier Raven.

Progressivement, les constructeurs assurent la compatibilité de leur régulation avec différentes solutions du marché. Et pour les agriculteurs déjà équipés d’un système de guidage, la plupart des dispositifs de coupure sont en mesure de récupérer le signal GPS d’une antenne existante. Concernant l’équipement du pulvérisateur, il est préférable d’opter pour un modèle équipé d’une circulation continue qui offre une plus grande réactivité à l’ouverture et la fermeture de la pulvérisation.

(...)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui