L'Eure Agricole Et Rurale 11 juillet 2012 à 14h58 | Par Yann PIVAIN, Chargé de missions agronomie environnement chambre d’agriculture 27

diversification - Agroforesterie : des arbres et des cultures

Jumeler production de bois et production agricole dans un cadre de développement durable, c’est possible en Normandie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© S. Marcelle)  © Réussir  © Réussir  © Réussir

Associer deux cultures pour faire profiter à l’une des bénéfices de l’autre : la méthode est connue, et c’est l’objectif de l’agroforesterie, qui  associe au sein d’une même parcelle des cultures ou des animaux et des ar-bres. 
Une alternativeL’agroforesterie n’est pas un boisement des terres agricoles, c’est une alternative, permettant de maintenir un revenu courant sur la parcelle tout en capitalisant dans du bois.L’agroforesterie ne signifie pas “arbres” d’un coté et “cultures” de l’autre. Les arbres font partie intégrante du système de cultures. La présence des arbres influence les cultures et la présence des cultures influence les arbres.Dans l’Eure, trois agriculteurs ont franchi le pas, et une petite dizaine étudie sérieusement la question. Tour d’horizon…

 

Les interactions

L’agroforesterie est un cas particulier d’association de plantes. Et, comme toute association, elle vise à optimiser les bénéfices pour les plantes. Cette association entraîne à la fois des phénomènes de compétition (la rivalité pour accéder à une ressource) et des phénomènes de facilitation (l’amélioration de l’utilisation d’une ressource). Par exemple, la chute des feuilles améliore les teneurs en matières organiques des sols, d’où une meilleure rétention de l’eau qui profite aux cultures. (...)

Des parcelles aux statuts inchangés

Les parcelles agroforestières relèvent du statut agricole. Le calcul de l’imposition du foncier et du revenu fiscal répond aux mêmes barèmes que les parcelles agricoles. (...)


Une diversification avec une rentabilité à long terme !

L’agroforesterie est une forme de diversification de l’exploitation. Les différents retours d’expériences nous le montrent, les parcelles agroforestières sont rentables. Néanmoins, cette rentabilité n’est atteinte qu’au moment de la récolte des arbres.Au niveau des cultures, si le système a été bien réfléchi en amont, les rendements ne changent pas, la culture reste rentable, au moins durant la première moitié de vie des arbres (15 à 20 ans) (...)


L’étude de faisabilité : la clé de voute du projet


En conclusion, le réussite agronomique et économique d’un tel projet d’association culture-arbres réside dans une approche approfondie et raisonnée en amont. C’est avec l’étude de faisabilité qu’il est possible de définir les motivations et les perspectives de l’exploitation, mais aussi les conditions pédoclimatiques de la parcelle. (...)

 

Rendez-vous



Le 18 septembre 2012, la chambre d’Agriculture organise une visite agroforesterie, à Villiers en Desœuvre. Au programme :

- présentation de l’agroforesterie : les interactions, les externalités,

- témoignage d’agriculteurs,

- visite de parcelle.


Contact : 02 32 78 80 00.



- © chambre agri 27

 


Retrouvez la suite de cet article, ainsi que le témoignage de Philippe Gouery qui s’est lancé dans l’agroforesterie en 2009 
dans l'Eure Agricole du 12 juillet, pages 15 et 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui