L'Eure Agricole Et Rurale 09 juin 2020 à 07h00 | Par SÉBASTIEN DUPERAY

Des comportements d’achat qui changent.

Spécialiste des questions de consommation, Olivier Dauvers suit la distribution depuis près de 30 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © OLIVIER DAUVERS

Alors qu’habituellement, les tendances en la matière évoluent très lentement, avec le confinement, « les évolutions ont été infiniment plus profondes et plus fortes qu’elles n’ont jamais été en termes de circuits et de produits», constate-t-il. En termes de circuits d’abord, le e-commerce a vu sa part dans les achats alimentaires presque doubler, passant de 7 à 10 %. « C’est lui qui est le champion de la croissance, notamment le drive. Sauf que ça s’applique à une petite assiette », nuance le journaliste. « En réalité, celui qui progresse le plus en masse, c’est le supermarché. Il a été au croisement d’injonctions publiques et de comportements que l’on souhaitait : il ne fallait pas aller loin, ni sortir longtemps.[…] On est allés deux fois moins souvent en magasin et on a eu tendance à aller dans un seul magasin. On a concentré nos achats dans un circuit qui propose à peu près tout ce que je veux », analyse Olivier Dauvers. Conséquence : dans la même période, « l’hypermarché a été mis à mal », car « par principe, il est plus loin, a des zones de chalandise qui sont plus grandes mais a peu de densité autour de lui. En gros, les enseignes d’hyper font entre – 10 et – 20 % » sur la période, indique-t-il.

 

LE RETOUR DU LIBRE-SERVICE ET DU PLASTIQUE

Du côté des produits, les rayons « snacking », les produits à la coupe, la charcuterie particulièrement, mais également la boucherie, ou à plus forte valeur ajoutée ont vu leurs ventes baisser, alors que celles des produits ingrédients (oeufs,farine…) se sont envolées. Le rayon des fruits et légumes en supermarché a profité de la fermeture des marchés de plein vent. Résultat : « c’est le grand retour du libre-service et du plastique », observe le spécialiste. Etonnant, quand on sait que le plastique était condamné il y a quelques mois encore, rappelle-t-il.« Dès lors qu’il y a un danger sur ma vie, et que le plastique peut me protéger, là je veux du plastique. Cela illustre un phénomène sociologique bien connu, à savoir que les bénéfices internes, pour moi, ont toujours plus de valeur que les bénéfices externes. » Mauvaise nouvelle, cependant, la période a révélé un phénomène de « paupérisation de la consommation», constate Olivier Dauvers. « Le transfert de consommation hors domicile vers la grande distribution n’a été que partiel .Il aurait dû atteindre 13 %, alors qu’il n’a été que de 7 à 8 %. Il manque 5 points.[…] La France est en « mode retenue ». Ce phénomène est dû à des situations de précarité partielle et se traduit par une baisse de la consommation et une hausse des marques de distributeurs dans les achats. »

 

TERREAU FERTILE POUR LE « MADE IN FRANCE »

Bonne nouvelle, en revanche, pour les produits français, qui semblent avoir été plébiscités pendant le confinement. Selon le journaliste, cela s’explique par l’arrêt des importations,fraise, asperge, agneau en tête, et à une « bascule commune et rapide des enseignes » sur des produits d’origine France. « Ça ne fait pas une tendance pour le « Made in France », c’est l’offre qui a changé. Or les phénomènes les plus durables sont des phénomènes de demande. » Pour autant, « le terreau est fertile », confirme celui qui a fondé le Think Tank AgriAgro et lancé il y a quelques mois un débat autour de l’origine des matières avec #BalanceTonOrigine. «Encore faut-il que les acteurs soient dans une forme de sincérité dans la revendication de l’origine pour permettre ensuite au client d’exercer son libre arbitre en toute connaissance de cause. […] Spontanément, le consommateur ne va pas changer tout seul. » Le confinement et la crise sanitaire qui en a été à l’origine confirment bien, selon Olivier Dauvers, que « le consommateur pense à lui même d’abord ». « Cette crise nous rappelle encore une fois que le prix de la vie est sacré et que la prise de risque n’est pas acceptée », commente-t-il.

 

Que restera-t-il alors de cet épisode inédit ?

« Le commerce et la consommation ne sont jamais que la conséquence de l’économie. Et comme il est très probable que le pouvoir d’achat total de la France diminue puisque la richesse de la France va diminuer et qu’en parallèle la France aura des milliards à rembourser, il est fort probable aussi que la consommation baisse. Si c’est le cas, le commerce ne peut pas passer entre les gouttes, et avec lui les commerçants et ceux qui les approvisionnent. On a déjà les signes d’une forme de paupérisation de la consommation.» Assez pessimiste sur l’avenir immédiat du commerce et de la consommation, le journaliste pronostique « que l’on passera par une phase de guerre des prix ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique