L'Eure Agricole Et Rurale 26 août 2009 à 12h21 | Par L' Eure Agricole

Démonstration - Les bonnes pratiques de déchaumage en grandes cultures biologiques

Le groupement régional des agriculteurs bio de Haute-Normandie a organisé, ce mardi à Dame-Marie, une démonstration de déchaumage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pendant la présentation des déchaumeurs par les constructeurs.
Pendant la présentation des déchaumeurs par les constructeurs. - © FC / l'Eure agricole

C’est sur l’exploitation d’Yves Vanhoecke à Dame-Marie, dans le sud de l’Eure, qu’a été présenté ce mardi une démonstration de déchaumage en grandes cultures bio.

Cet après-midi technique a été mis en place par le Grab de Haute-Normandie en collaboration avec les établissements Josse, concessionnaire Deutz de Buissur-Damville. Adrien Pelletier, l’ingénieur du Groupement chargé de cette organisation, a accueilli une soixantaine d’agriculteurs sur le site. L’occasion d’abord de présenter la structure. Il faut rappeler qu’elle est une association régionale rassemblant les agrobiologistes afin de promouvoir et de développer l’agriculture bio à travers des missions qui vont du conseil à la formation en passant par l’accompagnement et l’information aux agriculteurs.

Six constructeurs au rendez-vous

Sur les quinze hectares mis à disposition pour cette démonstration, six constructeurs et huit matériels étaient présentés dont trois Actisol (dont le Cybelle en 4,50 m), le Maxirotor de chez Bonnel, les EcoMulch Magnum et Glypho-mulch, le Grégoire et Besson avec l’Eurocult et le Terrano de chez Horsch. Tous ces matériels ont été naturellement tractés par la gamme Deutz. Chaque constructeur a donc détaillé son matériel puis l’a mis en situation. Comparaisons en plein champ dans des conditions, il faut le souligner, particulièrement sèches.

“Nous avons la chance de présenter ici des outils différents qui ont déjà fait leur preuve et, pour d’autres, qui arrivent sur le marché, explique Adrien Pelletier. Il s’agit de mettre en avant le travail superficiel afin d’être capable de réaliser à la suite de faux semis. Ce travail superficiel recherché doit permettre de détruire les adventices en respectant la structure du sol. La qualité de ce déchaumage doit, en parallèle, limiter le temps consacré au travail de la terre et d’en diminuer ainsi les coûts.” Pour les agriculteurs bio, pour ceux qui sont en phase de conversion et pour les agriculteurs conventionnels aussi présents ce mardi, cette démonstration a permis de dégager des enseignements intéressants sur les matériels utilisés.

“Avec cette démonstration, le Grab de Haute-Normandie a la volonté de communiquer sur son travail et sur sa capacité à utiliser du matériel comme tout le monde...” conclut, en souriant, Adrien Pelletier.

F.Carbonell

Retrouvez les outils de présentation

de cette démonstration dans

notre version papier du 27 août 2009.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui