L'Eure Agricole Et Rurale 08 janvier 2021 a 08h00 | Par Audrey Ottonelli

De bons plats dans un distributeur en libre-service !

Se réinventer pour survivre. Tel est le crédo des professionnels touchés par la crise économique liée à la Covid-19. Le traiteur Mamie Jotes propose, comme bon nombre de ses confrères, des plats à emporter mais va plus loin dans sa démarche en s’associant au Gaec de la Chapelle Brestot. Découverte…

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La ferme de Lucie Delavoipierre à Rougemontiers propose les plats du traiteur dans son distributeur.
La ferme de Lucie Delavoipierre à Rougemontiers propose les plats du traiteur dans son distributeur. - © DR.

« Depuis mars dernier, la situation est très compliquée. Nous avons très peu travaillé. Après le premier confinement, nous avons pu réaliser quatre petites cérémonies… Entre mars et novembre 2020, nous avons fait 10 % de notre chiffre sur la même période l’année précédente. Nous avons perdu 170 000 euros de CA », lance Christophe Riboulet, traiteur chez Mamie Jotes avec sa femme Régine et producteur de spectacle à Bourg-Achard. Pris dans la tornade de la Covid-19, les époux ont commencé à « baisser les bras. C’était un cauchemar. Nous avons puisé dans notre trésorerie et nos économies. Nos 14 années d’installation ont été réduites à néant en 9 mois ». Mamie Jotes a dû contracter un prêt garanti par l’Etat pour survivre. « Aujourd’hui, nous commençons à percevoir les premières aides du gouvernement. Cela nous permet de respirer légèrement. Le moral n’est pas vraiment là mais nous nous battons ».

 

UNE BELLE ASSOCIATION

« Depuis quelques temps, nous avions en tête l’idée de faire de le vente à emporter comme les collègues. Rien d’original mais c’est notre façon de maintenir la tête hors de l’eau. Un jour, Lucie Delavoipierre du Gaec de la Chapelle Brestot nous a gentiment proposé de nous mettre à disposition deux ou trois casiers dans le distributeur libre-service installé sur l’exploitation de Rougemontiers». Ces casiers réfrigérés, joliment nommés Lulu Market, sont en place depuis le mois d’avril dernier. Ils permettent d’écouler des produits de l’exploitation de Lucie Delavoipierre mais également de producteurs voisins.

Christophe et Régine Riboulet alimentent, donc, leurs casiers avec des plats à emporter « cuisinés avec nos propres produits ou ceux de la ferme de la Chapelle Brestot. Dernièrement, nous avons proposé une blanquette de veau traditionnelle et ses pommes deterre. La viande et les légumes provenant du Gaec ». Le traiteur Mamie Jotes aime la cuisine du monde et peut, ainsi, proposer une choucroute bavaroise, une paëlla brésilienne, une noix de joue de boeuf en carbonnade, un couscous royal ou encore un bon cassoulet toulousain. « En semaine, les casiers ne fonctionnement vraiment pas du tout mais les ventes du weekend, une centaine de parts à emporter et une soixantaine dans les casiers, nous permettent de garder le moral. C’est primordial ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique