L'Eure Agricole Et Rurale 30 août 2012 à 10h53 | Par Samuel Rello

cultures - Bas volume : une année riche d’enseignements

Avec la forte pression maladies cette l’année, le groupe “bas volume” de la chambre d’Agriculture met cette technique à l’épreuve. les premiers résultats sont prometteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ca27

Avec la technique du bas volume, il s’agit d’optimiser les conditions de traitement pour réduire les quantités de produits. La réduction du volume d’eau entraîne, entre autre, l’augmentation du débit de chantier. Avec un impératif : traiter un maximum de surface lorsque les conditions sont optimales. De nombreux produits étant systémiques, les conditions idéales sont : hygrométrie supérieure à 80 %, rosée sur les feuilles, pas de vent, conditions poussantes et enfin utilisation d’adjuvants qui améliorent l’efficacité.



Un essai fongicide sur blé

Parmi l’ensemble des expérimentations menées, un essai fongicide (comprenant 16 modalités) est  réalisé sur variété Bermude près de Louviers. Dans cet essai (retrouvez tous les chiffres dans l'Eure Agricole du 30/08/12, pages 18 et 19), les objectifs sont multiples : - évaluer l’effet volume (60 litres par hectares) sur l’efficacité, les doses restant identiques (modalité 3). - évaluer l’effet dose : les doses ont été divisées par deux par rapport à la modalité 3 (modalité 4). La modalité 2 correspond à une préconisation “classique” ou “raisonnée” pour une année à forte pression et sur variété sensible à un volume de 120 litres par hectare. Enfin, la modalité 6 correspond à un exemple de préconisation “bas volume” pour cette campagne. A noter que pour toutes les modalités bas volume on ajoute des adjuvants (SBV, soupe bas volume). Le bas volume permet nettement de réduire les coût, même en ajoutant le prix des adjuvants. Au vu de la dernière notation datée du 16 juin, il n’y a pas d’écart significatif entre les modalités traitées. Les notations sont donc encourageantes, la protection semble aussi bonne entre les modalités bas volume et “classique”  tout en économisant 66€/ha.  En terme d’IFT (indice de fréquence de traitement), la réduction entre une pratique “conventionnelle” (modalité 2) et une pratique “bas volume” (modalité 6) est elle aussi intéressante. Dans ce cas, nous réduisons l’IFT de 2,12 soit une réduction de 60 %.
L’influence de l’eau sur l’efficacité des herbicides bléTraiter à 60 l/ha, c’est aussi concentrer le produit dans l’eau. Dans notre région, l’eau du réseau ou de forage a un pH supérieur à 7 et une dureté élevée, supérieure à 25 voir 35°TH. Nombre de matières actives semblent sensibles à ce type d’eau, comme le glyphosate et les Sulfonylurées. On peut donc augmenter l’efficacité de ces produits en traitant l’eau avec du sulfate d’ammonium par exemple ou en utilisant de l’eau de pluie. C’est également ce que la chambre d’Agriculture souhaite vérifier avec son essai ((retrouvez tous les chiffres dans l'Eure Agricole du 30/08/12, pages 18 et 19). Au-delà de l’effet des adjuvants, l’objectif est de déterminer si la qualité de l’eau utilisée lors de la pulvérisation a une influence sur l’efficacité des herbicides. Pour cet essai, trois eaux ont été utilisées : eau du réseau, eau de pluie et de l’eau déminéralisée. On cherche ensuite à adapter l’adjuvant en fonction du type d’eau. L’essai s’est déroulé sur une population de vulpin non résistant près du Neubourg.

 


(...)

Retrouvez la suite de cet article ainsi que tous les chiffres de ces essais dans l'Eure Agricole du 30/08/12, pages 18 et 19

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui