L'Eure Agricole Et Rurale 02 avril 2020 à 09h00 | Par Audrey OTTONELLI

Covid-19 : quels impacts sur la vente à la ferme ?

Un sursaut de commandes des particuliers chez les producteurs locaux balance avec l’arrêt de commandes des professionnels. Le coronavirus mène la danse et change les habitudes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © A.O

Nadège et Nicolas Steiner produisent des pommes de terre dans leur exploitation La Ferme de laVilledieu à Roman, commune nouvelle de Mesnil-sur-Iton. Leur production est destinée aux particuliers mais également aux professionnels de la restauration et aux collectivités. Depuis le début de la crise sanitaire, la donne a été modifiée. « Nous avons eu une très grosse demande de clients particuliers entre le vendredi 13 et le mardi 17 mars. L’équivalent de plusieurs semaines », détaille Nadège Steiner. Les clients habituels de la ferme sont également venus chercher des commandes. « Ces derniers ont pris pour leurs voisins, leurs connaissances… Et puis, nous avons vu de nouveaux clients et des voisins de l’exploitation qui ne viennent pas habituellement».

 

DE NOUVEAUX CLIENTS PARTICULIERS

De son côté, Crystelle Baillette, de La Terre Ferme à Chéronvilliers, enregistre, également, de nouveaux clients. « Je maintiens la distribution mais seulement en précommandes via Internet pour éviter les échanges directs ». Pour plus de sécurité, la maraîchère met les commandes dans des sacs.

La ferme Vard, située dans le hameau de Surcy à Mézière-en-Vexin, organise tous les mois une vente de colis de viande bovine et une de veau tous les deux mois. « Généralement, nous proposons nos ventes le vendredi », explique Antoine Vard. Pour faire face à la hausse de la demande et pour mettre en place les mesures sanitaires nécessaires, la ferme a organisé la dernière vente de colis samedi 21 mars. « Nous avons dû établir un planning pour éviter que les clients ne se croisent. Nous avions mis à disposition du gel hydroalcoolique ». Tous les colis ont trouvé preneur, « d’habitude, il nous reste quelques lots que nous vendons les jours suivants la vente. Samedi, nous avons tout écoulé. Nous aurions d’ailleurs pu en vendre plus. Les clients, dont beaucoup de nouveaux, se sont affolés. Ils craignaient la fermeture des grandes surfaces ». Pendant quelques jours, Antoine Vard pensait devoir annuler la vente d’avril. « L’abattoir devait arrêter son activité. Nous avons reçu un message indiquant que l’abattoir ne fermait pas. La prochaine vente est, donc, maintenue jusqu’à nouvel ordre ».

 

L’AVANTAGE DE LA COMMANDE

L’activité de vente aux professionnels est stoppée dû à l’arrêt de l’activité de ceux-ci. « Nous ne livrons plus les collectivités, ni les restaurateurs », indique Nadège Steiner de la Ferme de la Villedieu. Davantage de particuliers mais plus de professionnels… Est-ce que l’équilibre sera trouvé pour les exploitants ? « La consommation durant cette période de confinement va changer… »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui