L'Eure Agricole Et Rurale 18 juillet 2019 à 08h00 | Par JULIE PERTRIAUX ET ESTELLE DESILLIÈRE

Coup de chaleur sur la moisson.

La moisson bat son plein dans l’Eure, mais plusieurs incendies ont ravagé une centaine d’hectares de récolte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plusieurs incendies ont touché des parcelles de l’Orne et du Calvados au début du mois.
Plusieurs incendies ont touché des parcelles de l’Orne et du Calvados au début du mois. - © PASCAL LAIGNEL

Le plus important incendie qui a ravagé cent hectares d’orge concernait Chambord le 8 juillet, dans le sud du département, le départ de feu ayant eu lieu dans l’Orne. Il y a eu cette semaine-là quatre départs de feu dans l’Orne et deux dans l’Eure. La dernière fois qu’il y a en a eu de cette ampleur, c’était il y a trois ans. D’autres départs moins importants ont eu lieu cette semaine, dont 6 ha le 15 juillet à Vernon.

L’EFFET PIERRE À FEU

Pascal Laignel est expert agricole et foncier. Il travaille dans l’Orne, le Calvados, l’Eure et la Seine-Maritime. « Les départs de feu sont souvent liés à des frottements métalliques, à des étincelles qui partent sous la coupe », relate-t-il. « Le risque est accru dans des sols pierreux par rapport à des terres en limons profonds. Si la lame de la moissonneuse batteuse ou les patins, qui règlent la hauteur de coupe optimum, frottent des silex, il y a un effet pierre à feu. C’est ce que l’on voit le plus souvent ». Et là, les exploitants ont beau faire preuve de vigilance, lorsque la végétation est sèche comme c’est le cas cette année dans cette partie de la Normandie, l’incendie prend très vite. Seul moyen, selon Pascal Laignel, pour éviter sa propagation, « avoir un déchaumeur à disques à proximité, pour mélanger la terre et les débris de végétaux. Cela fait coupe-feu. » L’expert rappelle tout de même les précautions de base : vigilance, extincteur en état demarche, matériel soufflé au compresseur régulièrement. « Les situations ubuesques sont à la marge. La majorité des agriculteurs sont responsables ». Autre conseil : avoir à disposition une tonne à lisier pleine d’eau pour les pompiers. En plus des recommandations d’usage, dépoussiérer tous les matins la presse, la moissonneuse, les radiateurs, il faut éviter de laisser le matériel dans les parcelles.

Point de situation du préfet au 26 juillet

Depuis les premiers départs de feux hier jeudi 25 juillet, près de 1 500 ha de culture et de végétation ont brûlé dans le département de l’Eure. Sur un total de 24 feux recensés, 8 concernant 700 ha sont encore actifs mais la baisse des températures aidant, ils restent maîtrisés.

Les communes concernées sont Chambois, Saussay-la-Campagne, Boncourt, Etrépagny, Saint-Etienne- l’Allier, La Couture Boussey, Romilly-la-Puthenaye et Brionne. Au pic de la crise, 98 % des moyens pompiers ont été engagés et plus de 520 sapeurs-pompiers ont été mobilisés. Aucune victime n’est à déplorer mais 23 sapeurs-pompiers et 1 gendarme ont été légèrement blessés.

Le travail des forces de secours et de sécurité de l’Eure et les renforts des départements voisins ont été déterminants dans cette lutte. Concernant les zones de feu encore actives, les consignes de sécurité suivantes restent applicables :

  • N’approchez pas des feux, ni à pied ni en voiture

  • Ne vous arrêtez pas pour prendre des photos

  • N’interrompez pas les sapeurs-pompiers dans leur travail

  • Respectez les déviations mises en place

  • Si vous habitez à proximité d’un feu, restez dans votre maison, elle est votre meilleur abri

    Le préfet de l’Eure salue à nouveau l’engagement de ces hommes et de ces femmes qui continuent de lutter pour la sécurité de tous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Clémence (27) | 08 août 2019 à 09:22:47

Sur certains incendies le feu a été circonscrits que par le travail des agriculteurs. Les forces d'interventions ne sont arrivées que dans un second temps, étant déjà en actions sur d'autres lieux. Merci à eux qui voyaient leur récolte partir sous les flammes. Et le second point est : les chantiers de moisson sont-ils vraiment les seules causes des départs d'incendies ?

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui