L'Eure Agricole Et Rurale 12 février 2014 à 08h00 | Par B. Delabre

Coopérative - Poursuivre le travail pour rester compétitif

Terre de Lin a tenu son assemblée générale le 6 février à Yvetot (76), dans un contexte globalement favorable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © B. Delabre

Touchons du bois, le marché du lin se porte plutôt bien en ce moment. Et pour Terre de Lin, qui tenait son assemblée générale le 6 février à Yvetot (76), les résultats sont visibles. Ainsi, malgré une qualité de fibre assez ordinaire, la récolte 2012 s'est vendue à un rythme régulier, et surtout à un niveau moyen de 1,72 EUR / kg. La recette moyenne des lins rouis battus atteint 3 824 EUR/ha.

« Ce sont des chiffres qui font plaisirs à voir. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas atteint de tels niveaux », se félicite Alain Blosseville, le président de Terre de Lin. Mieux, la récolte 2011 est épuisée et les stocks de lins teillés sont arrivés au niveau du stock outil. Une position idéale pour aborder la campagne de commercialisation 2013-2014 qui débute, elle aussi, plutôt bien. « Le marché reste bien orienté avec un rythme de consommation sur les bases de 110 à 120 000 tonnes de lin teillé par an, explique Thierry Goujon, le directeur de la coopérative. Les lins que nous teillons actuellement sont déjà vendus... » Pour Bertrand Gomart, le président de l'Association générale des producteurs de lin (AGPL), c'est là « le fruit du bon équilibre entre l'offre et la demande ». Cette situation favorable est aussi le fruit du travail interprofessionnel conduit depuis quelques années à l'échelle, tant pour la promotion du lin, que pour sa commercialisation (à travers Comlin par exemple).


Biomatériaux
Mais les dirigeants de la coopérative haut-normande savent aussi que le marché est capricieux. Les clients d'aujourd'hui ne seront pas forcément ceux de demain. L'Inde gagne du terrain sur la Chine, la Turquie sur l'Italie, et le marché de la maille se développe au Portugal. Aussi Terre de Lin poursuit sa marche en avant, de manière résolument volontaire. D'abord il y a la recherche variétale, une fierté pour la coopérative qui vient d'inscrire Bolchoï, une variété prometteuse affichant une triple résistance à la brûlure, la fusariose et l'oïdium. « La génétique apporte 35 kg de lin teillé / ha en plus tous les ans depuis 25 ans », se félicite Thierry Goujon. Ajoutons à cela les progrès agronomiques et la maîtrise des coûts de teillage, et nous avons les ingrédients d'une filière compétitive. Reste à explorer de nouveaux débouchés.

(...)


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 13/02/14, page 10

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui