L'Eure Agricole Et Rurale 08 janvier 2014 à 08h00 | Par Benoit Delabre

Coopération - Une action engagée sur le long terme

La réunion d’information de la coopérative Noriap a réuni 800 participants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR/ Reussir

Après les réunions de secteur, Noriap a tenu mardi 17 décem­bre la réunion d’information du groupe sous la thématique « Agir sur le long terme », déclinant par illustrations et témoignages ses développements au service des adhérents. 
Dans le lien entre ses clients et ses adhérents, la coopérative poursuit le déploiement de contrats et cahiers des charges spécifiques, comme le contrat meunier spécial « Lu-Harmony », mis en place par exemple chez Jean-François Carton et suivi par Ambroise Dessenne. Pour piloter la traçabilité et les obligations réglementaires, les supports d’outils d’aide à la décision et d’enregistrement seront un axe important pour la coopérative, qui vise par exemple à deux ans 150 000 hectares pilotés en cultures, et qui propose le logiciel d’enregistrement Atland.


Canal Seine Nord et infrastructures
Associée avec ses coopératives partenaires de Normandie – Picardie – Champagne Ardenne au sein de l’Union Canal Seine Nord que préside Jacques de Villeneuve, Noriap se dit confiant dans la relance du projet de Canal Seine Nord Europe, et tout particulièrement dans la pertinence du projet de Languevoisin. Un site particulièrement cohérent du fait de son équidistance Rouen – Anvers, et de ses multimodalités eau – ferroviaire – route.
Sur les infrastructures de collecte et stockage, Jean-François Gaffet, président de Noriap, a confirmé le niveau d’engagement des travaux (près de 16 millions d'euros réalisés, plus de 17,5 millions d'euros engagés sur un total de 70 millions d’euros budgétés sur 15 ans). Les principales réalisations  de l’année sont le siège social, les silos de Hautvillers-Ouville et Fleury, ainsi que l’acquisition d’un site répondant à la directive Seveso dans la zone industrielle d’Amiens pour assurer le stockage des produits phytosanitaires.


(...)


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 09/01/14, page 06

 

Faire face à un monde sans repères mené par la logique de l’innovation


Le principe de précaution est-il un frein à l’innovation ? Luc Ferry, agrégé de philosophie et de sciences politiques, ancien ministre de l’Education nationale, et auteur de nombreux ouvrages, était invité à s’exprimer sur ce sujet à l’issue de la réunion d’information de la coopérative Noriap, le 17 décembre dernier à Amiens.
Sa réponse est positive, tranchée. « C’est le truc le plus aberrant qu’on ait inséré dans la constitution depuis qu’elle existe », affirme-t-il avant de s’étendre longuement sur la raison de ce principe : la peur de nos contemporains face à un monde qui a davantage changé en cinquante ans qu’en cinq cents ans.

Il y a des aspects positifs dans ce bouleversement comme l’allongement de la durée de vie et la formidable amélioration du niveau de vie. Mais en même temps, on a assisté à la déconstruction totale des valeurs traditionnelles, d’où la perte des repères, on ne sait plus d’où l’on vient ni où l’on va. Cette déconstruction trouve son moteur dans le capitalisme et l’émergence de la mondialisation libérale, « une structure dans laquelle l’innovation devient vitale »« On n’est plus dans un grand projet à réaliser dans l’avenir, il y a désormais l’obligation mécanique, automatique, aveugle d’innover en permanence sous peine de crever ». Et pour Luc Ferry, c’est bien là que se trouve la racine de nos peurs.


(...)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui