L'Eure Agricole Et Rurale 13 octobre 2021 a 08h00 | Par FRANCE CONSEIL ELEVAGE / COMITÉ NATIONAL BREBIS LAITIÈRES / INSTITUT DE L'ÉLEVAGE IDELE

Contrôle Laitier 2020 : tous les résultats par filière.

Les résultats du Contrôle Laitier 2020 sont désormais disponibles. Edité chaque année par l'Institut de l'Élevage, en collaboration avec France Conseil Élevage (FCEL) et le Comité National Brebis Laitière (CNBL), ce compte-rendu présente les résultats des élevages bovins, ovins et caprins au contrôle laitier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © DR.

Bovins : Des nouvelles règles de qualification des lactations et une situation cellulaire qui continue de s'améliorer.

En 2020, l'érosion de l'effectif des élevages ayant fourni des résultats de lactations se poursuit (- 5,2 % par rapport à 2019). Dans le même temps, avec 2 200 652 résultats, le nombre de lactations qualifiées diminue de 5,7 %.

La concentration des exploitations marque le pas. 46,8 % des élevages comptent plus de 60 lactations qualifiées en 2019 (contre 47,5 % en 2019, 45,1 % en 2018 et 40,1 % en 2017) et la part de lactations qualifiées qu'ils représentent se situe à 68,6 % (contre 69 % en 2019, 66,9 % en 2018 et 63,1 % en 2017).

Les 3 grandes races nationales (Prim'Holstein, Montbéliarde et Normande) représentent 91 % du total des lactations qualifiées (- 0,3 %), confirmant une tendance à la baisse observée depuis quelques années (94,2 % en 2009).

Avec une moyenne à 8777 kg, la production laitière brute augmente de 261 kg pour une durée de lactation moyenne de 339 jours, en hausse de 4 jours.

Dans le même temps, les Taux moyens augmentent et atteignent 40,5 g/kg pour le Taux Butyreux (+ 0,4) et 32,8 g/kg pour le Taux Protéique (+ 0,3). Cette évolution de la production et des taux est à mettre en relation avec l'évolution des causes de non-qualification en vigueur depuis mars 2020. Entrainant la non qualification des lactations ayant moins de 3 contrôles, cette évolution a eu sur le nombre de lactations qualifiées et sur les résultats moyens un impact qui devra être évalué au cours des prochaines années.

Fait marquant : L'amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme. Les proportions de lactations avec une numération cellulaire de l'ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules et celle des lactations comptant au moins 2 contrôles > 800 000 cellules atteignent respectivement 50,8 % et 12,3 %. En 2009, ces deux indicateurs étaient respectivement à 41,1 % et 16,8 %.

 

Caprins : Des effectifs en baisse et une production en hausse.

En 2020 le nombre de lactations qualifiées et de troupeaux avec lactations qualifiées diminuent fortement pour atteindre 232 915 lactations (- 16 664 lactations soit - 6,7 % et - 1 473 élevages soit - 1,3 %).

La part des gros troupeaux s'amenuise (> 250 lactations). Ils représentent 20 % des troupeaux et 48,2 % des lactations, soit des baisses de respectivement - 3 % et - 3,4 % qui confirment la tendance observée les années précédentes (2019 : 23 % des troupeaux et 51,6 % des lactations, 2018 : 23,8 % des troupeaux et 52,8 % des lactations).

La part des chèvres de race Alpine et Saanen dans le total des lactations qualifiées est stable à 96,7 %.

Le niveau de production moyen se situe à 989 kg par lactation, en augmentation de 26 kg, tandis que le Taux Protéique et le Taux Butyreux continuent de progresser pour atteindre respectivement 33,4 g/kg (+ 0,2) et 37,6 g/kg (+ 0,1). Dans le même temps la durée moyenne de lactation atteint 321 jours, confirmant la tendance à l'allongement observée depuis plusieurs années (298 jours en 2014).

Fait marquant : La proportion de primipares dans les lactations qualifiées atteint 35,5 % (+ 1,7 %), confirmant la tendance observée depuis plusieurs années (+ 0,8 % en 2019 et + 0,4 en 2018).

 

Ovins : Une stabilité des effectifs qui se confirme.

En 2020, avec 330 431 individus, le nombre de brebis présentes à la mise bas augmente à peine (+ 0,3 %), tandis que le nombre de brebis avec calcul de lactation se stabilise à 278 442 (- 0,01 %). Cette stabilité des effectifs en contrôle laitier officiel (CLO) confirme la tendance observée l'année précédente et met fin à l'augmentation des effectifs constatée de 2016 à 2018 (+ 22 000 brebis sur 3 ans).

Dans le même temps, 750 exploitations ont fourni des résultats de lactations, soit une légère diminution (- 10 exploitations) par rapport à l'année précédente.

La production laitière moyenne augmente (+ 5,3 litres) et atteint 291,6 litres pour une durée de 169 jours identique à celle de l'année précédente.

Cette évolution de la productivité est inégale selon les bassins et les races : augmentation en race Lacaune (+ 9,2 litres) et en race Corse (- 1,3 litre), stabilité en race Manech Tête Noire (- 0.1 litre), diminution pour les races Manech Tête Rousse (- 3,2 litres) et Basco Béarnaise (- 3,8 litres).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique