L'Eure Agricole Et Rurale 06 juin 2019 à 11h00 | Par L'Eure Agricole

Comité sécheresse: situation proche de la normale pour l'instant.

Philippe Laycuras, sous-préfet de Bernay, a réuni le comité sécheresse le 22 mai afin de faire le bilan de la situation actuelle et donner une tendance pour les mois à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ©V. MARMUSE / CAIA

En 2018, le cumul pluviométrique en période hivernale a été excédentaire de 20 à 30 % par rapport à la normale. Cette situation avait permis une recharge généralisée des nappes, dont nous bénéficions encore cette année. Si les pluies de cet hiver n’ont pas permis de reconstituer la réserve 2018, la situation est néanmoins proche de la normale, mais qui pourrait se tendre dans les prochaines semaines avec une faible pluviométrie. Cette conjoncture favorable ne doit toutefois pas faire relâcher les efforts en matière d’économie d’eau. Les industriels ont pour l’occasion présenté leur travail sur la gestion de l’eau et les moyens leur permettant d’optimiser leur consommation.

A cet effet, la Dreal de Normandie a lancé une opération de réalisation de diagnostic pour cadrer les consommations d’eau lors des épisodes de sécheresse. Six entreprises consommant plus 500 000 m³ sont concernées dans l’Eure. Un cahier des charges sera établi avec l’aide de cabinets d’études pour faire en sorte de proposer des solutions d’optimisation de l’usage de l’eau par poste, de viser à la réduction des volumes sans mettre en péril ces entreprises. La préservation de la ressource et des milieux aquatiques constitue un des enjeux majeurs pour l’avenir où tous les utilisateurs agissent à leur niveau. Il a également été rappelé la bonne gestion de l’eau par les agriculteurs qui, ces dernières années, utilisent de plus en plus des outils de pilotage de l’irrigation et font les efforts nécessaires pour régulariser leurs forages. L’outil Net’irrig piloté par la chambre d’agriculture de l’Eure, a aujourd’hui démontré ses performances techniques (prévisions, date de démarragede l’irrigation, quantité d’eau/apport calculée au plus justepour éviter le gaspillage) et économique (rentabilité), il va évoluer en 2020 pour couvrir d’autres productions.

Les irrigants sont très satisfaits de l’outil. Sans lui, bien souvent,ils auraient tendance à déclencher trop tard leurs premiers tours d’eau ! En dehors d’une meilleure maîtrise du pilotage de l’irrigation, l’utilisation de Net’irrig permet d’activer les dérogations de restriction d’eau en cas d’atteinte du seuil d’alerte et alerte renforcée. Un gros travail a également été engagé entre l’association des irrigants et la DDTM dans la régularisation des forages. C’est l’affaire de tous. Les exploitations comme les autres utilisations d’eau se doivent d’être en règle sur les volumes prélevés, ils préservent non seulement la pérennité de leurs outils mais peuvent ainsi faire valoir leurs besoins légitimes et justifiés au regard des autres utilisateurs d’eau. Travail qui va dans le bon sens selon les représentants de la DDTM.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui