L'Eure Agricole Et Rurale 01 octobre 2021 a 08h00 | Par Thierry Guillemot

Cinq brebis succombent aux crocs de canidés.

Mauvaise surprise il y a quelques jours pour Marion Lefebvre, éleveuse de brebis à Montreuil-l’Argillé (27). Au petit matin, elle a retrouvé dans sa pâture cinq brebis mortes, attaquées par un ou plusieurs canidés.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Contre toute attente, la troupe de Marion ne semble pas stressée par cette attaque. L’éleveuse un peu plus.
Contre toute attente, la troupe de Marion ne semble pas stressée par cette attaque. L’éleveuse un peu plus. - © TG

« Loup y es-tu ? » C’est bien évidement l’interrogation qui trotte dans toutes les têtes mais attention à ne pas s’égarer dans le sensationnel. « La police de l’environnement est en cours d’investigation. Elle exclura le loup, ou pas ! », se contente de commenter Marion Lefebvre, éleveuse de Rouge de l’Ouest (une centaine de brebis) du côté de Montreuil-l’Argillé.

 

1 à 6 cm de profondeur

Factuellement, cinq brebis sont mortes sous des coups de crocs de 1 à 6 cm de profondeur. Il manquait à l’une d’entre elles 3 kg de viande. Deux autres brebis ont succombé quelques jours plus tard des suites de leurs blessures. Marion a aussitôt appelé la gendarmerie et porté plainte. Une enquête est en cours. La parcelle a été mise sous vidéosurveillance nocturne grâce à du matériel prêté par les chasseurs, sans succès. La maman de Marion a également fait le gué. Au milieu de la nuit, elle a aperçu 4 paires d’yeux luisants mais son matériel d’éclairage ne lui a pas permis d’identifier les intrus.

Pas de signe de stress du reste du troupeau. Marion évolue dans la troupe avec son Beauceron comme si rien ne s’était passé. A croire que les attaques se sont faites de manière isolée, les cadavres étaient disséminés un peu partout dans la parcelle, et en toute discrétion...

 

Le stress de l’eleveuse

A contrario des brebis, « ça m’a beaucoup stressé dans les 3-4 premiers jours », reconnaît Marion. Sans vivre pour autant la peur au ventre, cet incident pose question. Faudra-t-il clôturer les parcelles tel un camp militaire retranché ? Difficile à envisager eu égard au linéaire concerné. S’adjoindre la protection de Patous ? Ils ne constituent pas une assurance tous risques et peuvent même générer d’autres ennuis (lire ci-dessous).

Installée depuis mars, la bergère de Montreuil-l’Argillé suit son chemin avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ses brebis allaitantes, Rouge de l’Ouest, vont devenir dans quelques semaines productrices de lait que Marion va transformer et commercialiser à la ferme. La tome de l’Eure, c’est pour bientôt !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique