L'Eure Agricole Et Rurale 15 février 2021 a 08h00 | Par Laurence Geffroy

Cidre : la croissance passe par l’innovation.

Les chambres d’agriculture de Normandie ont organisé jeudi en visioconférence leur quatrième forum d’innovation, qui permet de découvrir des travaux qui pourraient révolutionner l’agriculture à plus ou moins long terme.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Fleurs du pommier produisant la variété rouge de Ruiz.
Fleurs du pommier produisant la variété rouge de Ruiz. - © DR.

Pour le quatrième forum d’innovation, organisé jeudi dernier par les chambres d’agriculture de Normandie, l’institut français des productions cidricoles (IFPC) avait choisi de présenter ses recherches sur les pommes à chair rouge. Celles-ci ont débuté en 2015 et les premiers résultats sont encourageants. L’objectif de ce programme de recherche, c’est de pouvoir proposer un nouveau produit sur le marché français, le cidre rosé, avec l’aide de variétés adaptées. « Les producteurs souhaitent gagner de nouveaux consommateurs en élargissant la gamme, en proposant des cidres aromatisés et des cidre rosés, constatant que les vins rosés pétillants sont à la mode », explique Marie-Cécile Vergneaud, agronome à l’IFPC. Elargir la gamme pourrait permettre de sortir de l’image trop véhiculée : le cidre se consomme à l’Epiphanie et à la Chandeleur. La couleur serait donc un levier pour conquérir un nouveau public, plus urbain et plus féminin.

 

UN JUS COLORÉ SANS OXYDATION

L’IFPC et l’Inrae ont réalisé un travail de sélection sur une trentaine de variétés de pommes à chair rouge pour arriver au résultat attendu : un cidre qui conserve sa couleur rose naturelle, ne nécessitant pas l’utilisation de colorants additionnels. La coloration des cidres issus de pommes à chair rouge est due à un polyphénol, l’anthocyane, proche des composés colorés du vin. Les anthocyanes viennent en plus des polyphénols responsables de la couleur jaune. Dans les variétés classiques, ces anthocyanes se retrouvent essentiellement dans la peau, et seules les pommes à chair rouge en contiennent aussi dans la chair permettant de produire un jus coloré sans oxydation.

Cependant, elles ont tendance à perdre la couleur après quelques mois en bouteille quand de l’air est incorporé lors du conditionnement. « On suit les arbres depuis 2015 et on a transmis les pommes à nos collègues qui travaillent sur la transformation. Ils ont fait des jus, et des oxydations forcées pour voir si la couleur rouge demeurait », détaille Marie-Cécile Vergneaud. Parmi les variétés évaluées, une dizaine ont été écartées car elles virent au orange. Celle qui présente le plus d’intérêt est la rouge de Ruiz, une variété de pomme sauvage du Kazakhstan, qui au départ, est une variété de pommes à couteau. « Quand on coupe cette pomme, c’est comme un steak, c’est très très rouge », remarque Marie-Cécile Vergneaud.

Des résultats complémentaires sur les plantations de 2017 sont attendus en 2022 mais les premiers retours sont encourageants. « Techniquement, pour celui qui transforme, cela ne change rien au procédé, on ajoute des pommes à chair rouge avec des pommes traditionnelles. Il faut juste être vigilant car la couleur arrive avant la maturité de la pomme et son intensité diminue ensuite ». La rouge de Ruiz a été inscrite au catalogue pour pouvoir être multipliée et prochainement commercialisée. Le travail de sélection variétale se poursuit, avec des tests où elle est croisée avec d’autres variétés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique