L'Eure Agricole Et Rurale 21 avril 2017 à 08h00 | Par L'Eure Agricole

Christiane Lambert fait du dialogue avec les consommateurs un axe fort

Tout juste élue présidente de la FNSEA par le conseil d'administration le 13 avril, Christiane Lambert est la première femme à prendre la tête du syndicat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © actuagri

Il faut en finir avec « le dogme des prix bas », déclarait en substance Christiane Lambert. Car c’est ce dogme, partagé par les politiques, qui coûte aux agriculteurs et leur fait perdre toute rentabilité. Mais pour cela il faut convaincre le consommateur que, lorsqu’il demande à l’agriculture de respecter l’environnement, le bien-être animal, il ne faut pas en même temps choisir les plus bas prix ou se tourner vers les produits alimentaires importés. C’est là toute la démarche décrite par la nouvelle présidente de la FNSEA qui fait de ce dialogue avec le consommateur un des axes forts de son mandat.

Travail collégial

La nouvelle équipe de la FNSEA, et notamment Henri Brichart qui a en charge ce dossier, a aussi estimé qu’il fallait accepter de décider d’une réforme de la Pac plus tard que prévu (2020) si c’était nécessaire pour réaliser « une bonne réforme ». D’autant qu’il y a des inconnues comme l’impact du Brexit sur le budget.

En tout cas, expliquait Henri Brichart, « il faut un bon projet pour la Pac et de ce projet doit découler un bon budget ». La nouvelle présidente, de fait, annonce clairement qu’elle veut travailler en équipe. Une équipe qui n’est pas fondamentalement changée par rapport à la précédente. Elle a pris tout son temps pour la présenter le 13 avril, s’amusant à intituler G7 les sept principaux membres de sa « garde rapprochée ».

La présidente de la FNSEA a aussi insisté sur le fait qu’elle travaillera en s’appuyant sur les organisations qui font partie du réseau FNSEA (Afdi, Trame, Solaal, Vivea, Ifocap, centres de gestion) ainsi que sur les 31 associations spécialisées. Sans oublier les commissions de la FNSEA et la commission syndicale. Plus largement, la nouvelle équipe n’exclut pas de prendre des positions communes avec les deux autres syndicats agricoles représentatifs, comme ce fut le cas sur l’élevage et la viande au dernier salon de l’agriculture.

Dialogue avec le consommateur, travail collégial... tout en se mettant sur les voies de son prédécesseur Xavier Beulin (redonner des perspectives économiques aux agriculteurs, travailler sur la réduction des charges, créer de la valeur et la ramener à l’agriculteur, s’appuyer sur des filières solides...), Christiane Lambert s’efforce aussi de marquer le début de son mandat par une sensibilité personnelle.

LE BUREAU

Présidente : Christiane Lambert (49) ; secrétaire général : Jérôme Despey (34) ; - premier viceprésident : Henri Brichart (02) ; deuxième vice-président : Henri Biès-Péré (64) ; secrétaires généraux adjoints : Daniel Prieur (25), Eric Thirouin (28), Patrick Bénézit (15) ; trésorier : Philippe Pinta (02) ; vice-présidents : Thierry Coué (56), Etienne Gangneron (18), Joël Limouzin (85), Luc Smessaert (60), Jérôme Volle (07) ; membres : Dominique Fayel (12), Hervé Lapie (51), Arnaud Rousseau (77), Jérémy Decerle (71), Jacqueline Cottier (49), Guy Jacob (27), Robert Verger (69), Eric Lainé (51), Arnold Puech d’Alissac (76), Daniel Peyraube (40), Marie-Thérèse Bonneau (85), Bruno Loillier (51), Pascal Cormery (37).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui