L'Eure Agricole Et Rurale 29 avril 2014 à 12h17 | Par François Carbonell

Chasse - Quand tout est prétexte à contester la légitimité de la chasse

Il fut beaucoup question de gestion des populations de petits et grands gibiers lors de l’assemblée générale de la fédération des chasseurs de l’Eure ce samedi 26 avril à Evreux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© F. carbonell)  © FC  © FC

Dominique Monfilliatre, le président de la fédération des chasseurs de l’Eure a toujours dit les choses, même quand elles ne font pas plaisir à entendre. Samedi, son rapport moral d’assemblée a été celui d’un président soucieux d’avancer sur tous les  dossiers brûlants qui font le quotidien de la fédération :  la pénurie du petit gibier, la loi d’orientation agricole et ses développements « discutables », les gibiers migrateurs, le bien être animal...etc.


Grand gibier : gestion qualitative
Parmi les nouveautés à attendre autour de la gestion du grand gibier, Dominique Monfilliatre a annoncé la mise en place de deux zones en plan de chasse différencié : l’une sur le massif de Conches où les chasseurs expérimentent cette méthode volontairement depuis plusieurs années et l’autre sur le massif de Vernon. Dans ces plans de chasse destinés à faire vieillir les populations, deux types de bracelets seront définis : l’un pour les cerfs portants jusqu’à huit cors (CEM1), l’autre pour les cerfs portants plus de 8 cors et les cerfs mulets (CEM2).
« Cette démarche de gestion qualitative des grands cervidés, explique Dominique Monfilliatre, s’inscrit dans le schéma départemental de gestion cénégétique. Il vise ainsi à favoriser le vieillissement des populations sur les massifs où les populations sont les plus importantes...
Autre nouveauté avancée : la mise en place d’un carton de tir chevreuil. Cette petite carte sera à disposition avec les bracelets et devra être renvoyée 48 h après le prélèvement de chevreuil, soit par courrier, soit par le site internet de la fédération. « En application dans beaucoup de départements, ce carton de tir nous permettra de mieux connaître une espèce qui, en nombre d’attribution, est le premier de nos grands gibiers...»
Concernant le sanglier, si les dégâts  demeurent un problème, les surfaces concernées n’évoluent pas comme l’a précisé le président.  « Nous continuerons à gérer cette espèce sans plan de gestion, même si la saison passée laisse apparaître un déficit de 200 000 €. Cela dit, ce déficit s’explique par une augmentation importante du prix des denrées agricoles mais, grâce à notre prévoyance, nous avons pu y faire face. »
Pour autant, il y a sur la gestion du sanglier des choses qui bougent... Ainsi, l’application du plan de maîtrise du sanglier entrera en vigeur sur certaines zones. Il aura comme conséquences de pénaliser les chasseurs ne faisant pas preuve de responsabilité en matière de gestion de sanglier. « C’est une demande du ministère qui se décline dans chaque département et cela ne présage rien de bon... » estime le responsable de la fédération des chasseurs.


(...)



 


Retrouvez la suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 01/05/14, page 04.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui