L'Eure Agricole Et Rurale 10 février 2011 à 09h57 | Par propos reccueillis par F. Carbonell

Bilan - “ Nous sommes reconnus comme organisme qualifié par tous les acteurs de la prévention”

ndré Terrier, le président du Cercle d’échanges, revient sur l’année écoulée et ses enseignements. Au-delà des résultats, des perspectives de développement. Première question…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A.Terrier : "Notre volonté  est de conforter et de pérenniser les activités déjà en place tout        en poursuivant notre politique   de développement."
A.Terrier : "Notre volonté est de conforter et de pérenniser les activités déjà en place tout en poursuivant notre politique de développement." - © DR

Quels sont les faits marquants de l’année 2010 pour votre association ?

André Terrier : A nouveau, cette année, nous avons répondu aux demandes agriculteurs et, plus particulièrement des éleveurs avec l’opération paille qui s’est organisée avec différentes FDSEA. Concrètement, 6 500 tonnes ont été convoyées. Et, côté commercialisation, malgré la tension qu’il y a eu autour de ce marché, nous avons fait en sorte de maîtriser à la fois le prix d’achat et le prix de vente. C’était une demande de nos partenaires. Et nous avons même effectué une ristourne à la FDSEA de la Manche. Ensuite, nous notons un très bon lancement des abonnements concernant le forfait sécurité autour des vérifications électriques mais aussi le document unique. C’est aussi une nouvelle ouverture concrétisée par le partenariat avec Emploi Conseil. Ces deux “nouveautés” viennent, naturellement, en complément de notre activité traditionnelle du Cercle et des opérations qui s’y rattachent.


Les vérifications et l’accompagnement  en ressources humaines   ont élargi vos champs de compétence. Peut-on imaginer d’autres pistes  de développement ?

A.T : Ce qui est intéressant sur les nouvelles compétences que nous occupons aujourd’hui, c’est l’accueil très positif que leur ont réservé les agriculteurs et l’ensemble des acteurs concernés par les savoir-faire proposés. Ainsi, pour les vérifications, nous avons eu plus de 12,5 % des adhérents ont choisi le forfait sécurité. Aujourd’hui, nous travaillons à ouvrir ce service aux PME. Nous allons d’ailleurs signer, à l’issue de notre assemblée générale, une convention de partenariat avec la Capeb.

Plus généralement, sur ce dossier, notre grande satisfaction tient au fait que nous sommes reconnus comme organisme qualifié en Haute Normandie, autant par les agriculteurs que par les acteurs de la prévention.Et sur le volet de l’accompagnement en ressources humaines, les bilans de compétence que nous proposons ont démarré sur les mêmes bases. Nous allons d’ailleurs travailler son développement grâce au partenariat d’Emploi Conseil que nous avons signé en juillet dernier. Une chose est sûre :  l’accueil favorable des agriculteurs face à ces bilans de compétences illustre une vraie attente et permet aux agriculteurs de l’Eure de rebondir et de se donner de nouvelles perspectives.A côté de ces compétences, je ne peux vous dire aujourd’hui que nous allons développer encore d’autres pistes. Ma préoccupation et celle du conseil d’administration, c’est déjà d’assurer le développement de ces secteurs d’activité du Cercle que nous avons lancé il y a peu. Pérenniser nos activités demeure toujours une priorité !

 


suite de cet article dans notre édition papier


de l'Eure Agricole


en date du 10 février 2011


page 4

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui