L'Eure Agricole Et Rurale 11 mai 2010 à 15h22 | Par F. Carbonell

Bilan - L’optimisation des charges de mécanisation en question

L’optimisation des charges de mécanisation, dans un contexte de crise comme celui aujourd’hui traversé, est une priorité. Et la fédération des Cuma de l’Eure y répond concrètement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Benoît Ferrand, le président de la fédération des Cuma de l’Eure et Denis Letellier, sont animateur.
Benoît Ferrand, le président de la fédération des Cuma de l’Eure et Denis Letellier, sont animateur. - © FC / L'Eure Agricole

 

A quelques jours de son assemblée générale - le 19 mai prochain à Saint Wandrille - la fédération départementale des Cuma de l’Eure prépare ce rendez-vous annuel sans véritable pression... “Notre fédération a passé un exercice 2009 conforme aux prévisions que nous nous étions fixées” explique Benoît Ferrand, son président. “Ainsi, le nombre de Cuma s’équilibre entre celles qui se créent et celles qui s’éteignent. Nous comptons aujourd’hui 90 Cuma dans l’Eure contre 160 en Seine Maritime.” En apportant cette précision, Benoît Ferrand rappelle au passage “que nous tenons assemblée commune avec nos homologues de Seine Maritime car nous travaillons main dans la main.” Cette entente ne date pas d’hier et se conforte d’exercice en exercice. “Il y a une véritable synergie entre nos deux départements que nous partageons  dans le cadre de la fédération régionale dont je suis le président mais aussi dans le cadre du réseau Cuma Nord-Est. Cela étant dit, chaque département garde son identité et son indépendance avec une conduite spécifique des projets. Mais, il faut savoir aussi optimiser nos services quand cela est possible avec nos collègues. Sans pour autant nuire au travail de proximité que nous réalisons grâce à notre animateur...” Cette optimisation des services avec le relais régional se concrétise, par exemple, par le soutien d’une fédération à l’autre dans le cadre des missions des animateurs.

Explications. “Avec le réseau Cuma Nord-Est, j’ai été appelé à être référent pour la mise en place, à l’échelle de cette grande région, du logiciel Cuma Net” explique Denis Letellier. “Cette mise en place m’impose une disponibilité de plus de 25 jours sur l’année. Je ne pourrais faire face à cette mission si mes collègues de Seine Maritime ne me relayaient pas sur le terrain eurois pendant cette période.”

Concernant le bilan de l’année passée, la fédération des Cuma de l’Eure poursuit son travail d’accompagnement et de conseil. “Le fait marquant de 2OO9 aura été, sans conteste, le record des investissements réalisés par les Cuma” précise encore l’animateur de la fédération. “Cela peut paraître paradoxal et tranche plutôt avec le contexte du moment mais cela s’explique aisément. Les agriculteurs sont de plus en plus attachés à optimiser les charges de mécanisation sur leur exploitation. Du coup, le regroupement en Cuma pour s’équiper répond, de manière efficace, à cette maîtrise des charges de mécanisation.” En dehors des investissements “habituels” des Cuma (de récolte ou de semis), la fédération que préside Benoît Ferrand travaille aussi autour de dossier d’investissement d’actualité, comme celui consacré à la production d’herbe. “Nous y avons bien travaillé et des investissements ont pu se réaliser avec plusieurs Cuma. Au passage, je voudrai saluer le soutien financier du conseil Général sur ces dossiers car, sans ces aides, nous ne pourrions rien engager”. Un soutien que l’on retrouve avec les investissements de contention dans le cadre de la FCO.

 

 

 

L’assemblée générale le 19 mai à St Wandrille

L’assemblée générale commune des fédérations de Cuma de l’Eure et de Seine Maritime aura lieu le mercredi 19 mai prochain à  Saint Wandrille, à partir de 9 h 45. Joël Cottart, agriculteur et secrétaire général d’Arvalis-Institut du Végétal témoignera sur l’organisation d’une Cuma intégrale et l’assolement en commun.

A la suite, Marie Thérèse Audrain, psychologue du travail, évoquera les clefs de l’organisation en Cuma.


 

retrouvez la suite de cet article ainsi que d'autres photographies

dans notre édition papier de l'Eure Agricole

en date du 13 mai 2010

page 6

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui