L'Eure Agricole Et Rurale 06 novembre 2020 à 08h00 | Par MAËVA DUVAL

Anticipation et accompagnement : les clés d'une transmission réussie.

Laurine Traest et Thomas Aubin se sont installés, fin 2019, à St-Victorsur-Avre en reprenant l'exploitation de Daniel et Jocelyne Chesnay via le Répertoire départ installation (RDI). Récit de leur aventure.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurine Traest et Jocelyn Chesnay. Grâce
au RDI, la transmission se fait à leur rythme.
Laurine Traest et Jocelyn Chesnay. Grâce au RDI, la transmission se fait à leur rythme. - © CHAMBRES D’AGRICULTURE DE NORMANDIE

En 2018, Daniel et Jocelyne Chesnay ont souhaité prendre leur retraite en cédant leur exploitation à un jeune, afin que l’exploitation perdure. N’ayant pas de repreneurs dans le cadre familial, ils ontcherché des appuis auprès des différents organismes.

 

LE RDI : UN OUTIL D’AIDE À LA TRANSMISSION

Un conseiller transmission de la chambre d’agriculture de l’Eure est venu les rencontrer et leur a parlé du RDI. Ce dernier permet de mettre en relation les offres des cédants et les demandes des candidats à l’installation afin de favoriser la transmission. L’exploitation de Daniel et Jocelyne Chesnay a donc été proposée à la cession sur le site internet. Cela leur a permis de recevoir différents repreneurs qui avaient pour projet de s’installer en agriculture hors cadre familial. C’est ainsi qu’ils ont pu faire la connaissance de Laurine et Thomas.

Les jeunes repreneurs avaient pour projet de s’installer sur une ferme d’élevage et voulaient absolument travailler en couple. A la fin de leur étude agricole, ils ont acquis de l’expérience en étant salariés dans plusieurs exploitations en attendant de trouver la leur. Dans la démarche de recherche d’une exploitation agricole, ils se sont inscrits au RDI et ont retenu parmi différentes exploitations proposées à la cession celle de Daniel et Jocelyne.

 

UNE PRISE EN MAIN EN DOUCEUR

Malgré leur expérience, Laurine et Thomas se sont rendu compte qu’il n’est pas aisé de reprendre une exploitation qu’on ne connait pas. « Heureusement que Daniel était là, le temps de prendre nos marques, nos habitudes avec les animaux qui ne nous connaissant pas ! », reconnaissent-t-ils.

Dès leur première rencontre, le courant est bien passé entre les jeunes et les cédants. C’est tout naturellement que Daniel et Jocelyne ont été présents dès la reprise pour expliquer le fonctionnement et les subtilités de l’exploitation aux successeurs. Cette aide leur a été très précieuse et leur a permis de faire face aux premières difficultés rencontrées. Aujourd’hui, Daniel et Jocelyne s’effacent petit à petit et n’interviennent qu’en cas de besoin aux périodes de pointes et en dépannage. Laurine et Thomas ont trouvé leurs marques et une organisation du temps qui leur permet de concilier leur vie de jeunes parents et d’agriculteurs tout en conservant un mi-temps à l’extérieur. A terme, leur projet serait de développer d’autres ateliers comme la vente directe afin de travailler à temps plein sur l’exploitation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique