L'Eure Agricole Et Rurale 16 novembre 2012 à 10h25 | Par F. carbonell

Anniversaire - Déjà 50 ans pour l'Asavpa !

L’association des salariés de l’Agriculture pour la vulgarisation du progrès agricole de l’Eure vient de passer la barre des 50 années d’existence. Un anniversaire qui méritait bien une fête.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir

Salle comble, vendredi dernier à Guichainville, à l’occasion de la cérémonie simple et conviviale organisée pour fêter les cinquante ans d’existence de l’Asavpa.


Long cheminement

“Nous sommes vraiment très heureux de vous accueillir pour cet anniversaire des 50 ans de l’Asavpa” a déclaré, en guise d’ouverture de ce rendez-vous “avec l’histoire”, Patrick Poulet le président en exercice de l’association.L’occasion pour lui, dans un premier temps, de saluer tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette soirée.  La FDSEA pour l’accueil dans ses locaux mais également toutes  les personnalités ayant fait le déplacement. “Eh oui, cela fait 50 ans que l’Asavpa existe. Cette structure agricole a été créée en 1962 afin que les salariés se rencontrent, échangent et se forment au progrès de l’agriculture” explique encore le président d’aujourd’hui avant d’évoquer ce long cheminement de l’histoire du développement agricole vu par le prisme des salariés... “Quand, dans les années 60, il a fallu relever ses manches, les salariés  étaient là sur les exploitations  et ils se sont adaptés, ils se sont formés aux nouvelles technologies.Ils ont su venir en appui aux exploitants et, pour certains, cela n’a pas été facile. Le défi était difficile à relever, mais nous savons   bien que les salariés agricoles sont motivés et volontaires”.                  Des années durant lesquelles les exploitations agricoles ont grandi et se sont modernisées. Les techniques ont évolué mais aussi la gestion des exploitations et des métiers agricoles. Ce fut aussi le recul du nombre d’exploitations, de l’organisation sociétaire dans le département.Une période où le nombre de salariés s’est lui aussi restreint.

Bien loin du radiateur

"C’est là que l’Asavpa a, une nouvelle fois, pleinement joué son rôle : en se transformant, en s’adaptant, bref, en se remettant en cause, insiste Patrick Poulet. Bien que le nombre d’étudiants voulant prendre l’option agricole commençait à diminuer, l’Asavpa  a décidé alors - avec l’aide du Département et de la Région - d’élaborer une nouvelle approche auprès des collégiens.Et ce, afin de leur faire découvrir et comprendre les métiers de l’agriculture.Et de souligner que le métier de salarié agricole n’était pas réservé aux jeunes qui sont près du radiateur au fond de la classe...” explique, non sans humour, Patrick Poulet.

“Pour être salariés agricoles, il faut aussi faire des études comme les autres mais aussi aimer la nature, les animaux, être capable de s’adapter aux conditions climatiques, être volontaire”. Ce fut alors le moment choisi pour proposer aux élèves de 3e, avec la participation des collèges dans le cadre de la DP3 “Découverte professionnelle 3 heures”,  une approche du monde professionnel par une découverte des métiers, de leur fonctionnement. “Nous avons su nous faire connaître auprès des collèges en présentant notre association, la seule du département...”


Un changement d’approche de l’agriculture

Une ouverture sur l’extérieur qui ne fut pas, là encore, sans difficulté, “car les métiers de salariés agricoles ont du mal à être reconnus. Mais, nous avons persévéré et nous persévérons toujours.  Au point, maintenant, que ce sont les établissements scolaires qui nous contactent.Le regard vis à vis de l’agriculture commence à changer et c’est tant mieux. Nous avons aussi mis en place des journées découvertes pour les demandeurs d’emploi en quête de reconversion.” L’Asavpa, ces dernières années, s’est également engagée à mettre en place une formation d’ouvrier polyvalent de 14 semaines.Une démarche relayée, trois ans de suite avec la participation de la Région et de l’Union Européenne. “Mais, faute de moyen, cette formation n’a pu être reconduite.C’est dommage car les participants ont, pour la plupart d’entre eux, trouvé du travail en agriculture.”

Tous les participants de cette soirée - qu’ils soient adhérents, sympathisants ou personnalités - ont compris les efforts engagés depuis toutes ces années afin que les métiers de l’agriculture soient reconnus à leur juste valeur. Une approche reprise d’ailleurs par Lionel Prévost, le vice président du conseil Général de l’Eure, qui a souligné l’importance de l’action de l’Asavpa et réaffirmé que le Département continuerait à être aux côté de l’association. De son côté, Régis Chopin, le président de la FDSEA de l’Eure, a rappelé l’importance d’avoir une association des salariés telle que l’Asavpa.Il a aussi évoqué le contexte agricole du moment avec ses évolutions à venir à l’échelle européenne et française.A la conclusion de ces interventions, Patrick Poulet n’a pas oublié de souligner le sens de la convivialité partagée entre tous ses membres, avant d’inviter l’assemblée à découvrir un film sur ces cinquante années de l’Asavpa.

Retrouvez la liste des présidents de l'Asavpa dans l'Eure Agricole du 15 novembre page 3

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui