L'Eure Agricole Et Rurale 16 avril 2019 à 14h00 | Par ARVALIS

Altises du lin fibre : La vigilance est de mise !

Les semis sont en cours, voire se terminent sur la zone de production. Les températures clémentes ont favorisé l’arrivée des premières altises dans les parcelles. Il convient donc d’être vigilant vis-à-vis de leur évolution au sein des linières à un stade jeune et d’envisager une stratégie de lutte cohérente en fonction du peuplement d’altises, des dégâts et des conditions météorologiques à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la réalisation du projet Alticontrôle(2014-2016), la corrélation entre le cumul des températures maximales supérieures à 13° C depuis le semis et le pic d’activités des altises a été mise en évidence. Cela nécessite donc une vigilance particulière des parcelles. En utilisant cette corrélation, une première estimation du début du pic d’activité de saltises a été effectuée pour les semis réalisés en date du mercredi 27 mars. Les résultats sont présentés dans le tableau ci-contre.
DÉBUT DU PIC D’ACTIVITÉ ATTEINT
Les données météorologiques montrent que le début du pic d’activité dans certains secteurs devait être cette semaine. Cependant avant d’envisager un traitement, il convient de se rendre sur la parcelle pour observer la population réelle d’altise, puis de se référer à la grille de décision. Pour les autres secteurs, les données prévisionnelles des températures allant jusqu’au 9 avril n’annoncent pas de pic d’altises. Les données seront donc réactualisées la semaine prochaine.
EVALUATION DU PEUPLEMENT D’ALTISES
Le protocole d’observation mis au point par Arvalis consiste d’abord à détecter l’arrivée des altises à l’échelle du territoire avec la pose d’une cuvette jaune remplie d’eau savonneuse. Puis, une fois le début de vol détecté (une centaine d’altises dans la cuvette jaune), une feuille A4 verte permet un suivi dynamique des altises sur la parcelle et le raisonnement de l’intervention. Il convient de réaliser cette mesure si possible en début d’après-midi. Il est conseillé de faire au moins quatre mesures par parcelle en commençant par le bord. On réalise ensuite la moyenne du nombre d’altises comptabilisées lors de chaque mesure et on peut ainsi adapter la conduite à tenir en fonction de l’état de la parcelle et de la vigueur du lin.

GRILLE DE DÉCISION DU TRAITEMENT
La prise en compte de l’intensité des dégâts observés, de la population d’altise relevée, du stade de la culture et de la météo permet de mettre en oeuvre une grille de décision des interventions.
UNE STRATÉGIE DE LUTTE CHIMIQUE ADAPTÉE EN FONCTION DE LA PRESSION
Il convient d’adapter le choix des produits et le déclenchement d'une intervention en fonction du niveau de pression en altise. Si le risque est faible, ne pas intervenir, mais réévaluer le risque en fonction des conditions climatiques. Si le risque est moyen, opter pour une solution à base de lambdacyhalothrine (type karaté zéon à 0.075 l/ha).
Enfin si le risque est élevé, deux applications seront nécessaires: une première utilisant un produit à action choc (typeKaraté zéon à 0,075 l/ha) et une seconde quelques jours plus tard avec un produit type Boravi WG à la dose de 1 à1,5kg/ha associé à du Neutralà 0,05 % qui a une rémanence plus importante.
QUELQUES RÈGLES À RESPECTER POUR OPTIMISER L’EFFICACITÉ DES TRAITEMENTS INSECTICIDES
Traiter quand les altises sont présentes dans les linières : Les produits homologués sont essentiellement des produits de contact. Par conséquent, ils doivent être pulvérisés sur les insectes. Les altises sont principalement actives lorsque les températures sont douces et qu’il y aun fort ensoleillement. Ainsi, la période optimale pour réaliser un traitement se situe en fin d’après-midi d’une journée ensoleillée avant que les altises ne rentrent dans le sol. Cette période permet également d’éviter une trop forte dispersion du produit dans l’atmosphère.
TRAITER AVEC UN VOLUME DE BOUILLIE CONSÉQUENT
Les traitements doivent être réalisés avec un volume minimalde bouillie de 180 litres par hectare. Il faut choisir des buses permettant d’obtenir des gouttes de taille petite à moyenne afin d’augmenter la probabilité qu’une altise soit atteinte par celles-ci.
QUEL INSECTICIDE CHOISIR POUR UN USAGE GRAINE EN ALIMENTATION ANIMALE ?
Aujourd’hui, seulement trois matières actives n’ont pas l’autorisation de l’utilisation des graines en alimentation animale (liste non exhaustive des produits) : Betacyfl uthrine 25 g/L : Cajun/ Ducat / BulldockStar et Phosmet 500 % : Boravi WG.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui