L'Eure Agricole Et Rurale 01 octobre 2014 à 08h00 | Par F. Carbonell

Des réseaux, des savoir-faire, une véritable économie

Plat de résistance de la session de chambre d’Agriculture de l’Eure décentralisée, le 26 septembre à Caillouet-Orgeville, l’agritourisme a fait l’objet d’un état des lieux exhaustif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon Jean-Pierre Delaporte le président de la chambre d’Agriculture de l’Eure, « l’agritourisme peut être aussi un atout supplémentaire pour l’installation des jeunes... » (© DR/DR) Bruno Leroy : l’ancien président des Gîtes de France a conclu les débats sur l’AgrItourisme. © DR/DR Jean-Marie Lenfant,  responsable du réseau Bienvenue à la Ferme. © DR/DR Caroline Balester,  directrice de l’Adetmir. © DR/DR Jean-François Derquer, directeur d’Eure Tourisme. © DR/DR

"L’agritourisme, c’est un outil de développement économique qui contribue à l’activité du territoire. Le contexte plutôt pesant du moment nous conduit à apprécier l’Agritourisme comme un outil de diversification intéressant pour nos exploitations. Vous le verrez aujourd’hui avec cette présentation. Ceux qui ont fait le choix de cette voie stabilisent leur activité agricole et la conforte dans de nombreux cas » explique Jean-Pierre Delaporte, le président de la chambre d’Agriculture pour expliquer le choix du thème du jour...

«  L’un des volets essentiels de l’Agritourisme, c’est la mise en avant des multiples savoir-faire  accompagnant cette filière. Et, à mes yeux, l’agritourisme peut être un atout supplémentaire pour l’installation des jeunes. Enfin, je le vois aussi comme un super relais de communication auprès du grand public et, plus précisément encore, des consommateurs... » 
Le cadre ainsi posé, l’état des lieux de l’agritourisme a été lancé avec trois acteurs majeurs que sont le réseau Bienvenue à la ferme, le réseau des Gîtes de France et Eure Tourisme. Tour à tour, Viviane Bertout la présidente de l’association du tourisme en milieu  rural, Jean-Marie Lenfant, l’élu de la chambre d’Agriculture chargé du réseau Bienvenue à la Ferme et Jean-François Derquer, le directeur d’Eure Tourisme ont décrit leur activité économique respective.

L’occasion, pour Gîtes de France de rappeler quelques chiffres clés et repères comme ses 60 000  hébergements, ses 45 000 propriétaires, ses 5,2 millions de nuitées réalisées, ses 35 millions de journées vacances, son site internet national au 15,3 millions de visites. C’est aussi, pour le premier réseau d’agriculteurs qu’est Bienvenue à la Ferme, une marque nationale reconnue depuis 1988 avec 9 400 prestations d’accueil et de vente à la ferme, plus de 6 500 agriculteurs engagés (dans l’Eure, 93 adhérents et 110 prestations), quatre segments de prestations allant des produits fermiers à la restauration en passant par les loisirs et les séjours.

Au delà des chiffres clés autour de ces deux réseaux accompagnant l’agriculture et plus généralement la ruralité, il faut saluer les passerelles existantes aujourd’hui entre tous ces acteurs. Un sujet sur lequel, d’ailleurs, le directeur d’Eure Tourisme s’est fait l’écho avec un positionnement très intéressant et une analyse sans fioriture. « Notre travail à Eure Tourisme, aujourd’hui, c’est d’organiser l’offre par destination.  En clair, pour exister, il faut que nos clients nous identifient. L’ identification par une marque. est essentiel. C’est bien là l’intérêt de Bienvenue à la ferme et de gite de France.  Car, l’Eure aujourd’hui n’est pas une marque  explique Jean-François Derquer. Je le dis alors que je suis directeur d’une structure qui devrait considérer que c’est une marque. La marque, c’est la Normandie.» Concrètement, le directeur estime « qu’il faut être capables de proposer une quantité et une qualité de prestations répondant aux attentes ciblées de nos clients. Et comme il y a de plus en plus de clients qui se décident de partir au dernier moment (c’est une tendance de fond depuis pratiquement 5 ans), nous devons tous nous habituer à apporter une réponse dans l’instant. Avec internet,  en moins de 20 secondes si la réponse n’est pas là, le client est parti...»

(...)

 


La suite de cet article dans l'Eure Agricole et Rurale du 02/10/14, page 4

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui