L'Eure Agricole Et Rurale 25 octobre 2020 à 08h00 | Par Audrey Ottonelli

Adrien et Cie : des biscuits apéro 100 % de chez nous !

Des matières premières normandes, des locaux historiques, un savoir-faire infaillible, des idées en veux-tu en voilà et des clients, épiceries fines essentiellement, à foison : la recette idéale pour la marque de biscuits Adrien et Cie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Adrien Sarreau conçoit l’ensemble de ses produits à base de produits régionaux.
Adrien Sarreau conçoit l’ensemble de ses produits à base de produits régionaux. - © A.O.

Adrien Sarreau est le petit-fils d’Adrien Labrouche, fondateur de l’abattoir du même nom. C’est un jeune homme « simple qui aime les choses simples »,la nouveauté, les défis et qui « bouillonne d’idées ». En parallèle de l’entreprise familiale où il seconde son père Gérard Sarreau, Adrien a ouvert sa biscuiterie 100 % normande dans les anciens abattoirs de son aïeul, à Sainte-Marguerite-de-l’Autel, à mi-chemin entre Conches-en-Ouche et Verneuil-sur-Avre.

Ainsi, 77 ans plus tard, le jeune héritier fait revivre les locaux historiques d’Adrien Labrouche. Exit plumeuses, couteaux et autres saignoirs. Place à la farine du moulin Auguste aux Andelys, graines de lin brun normand, beurres et fromages de la région.

 

DES IDÉES, DES IDÉES ET ENCORE DES IDÉES

« Mon idée a vu le jour après un constat. Les produits locaux sont à la mode mais aucun biscuit apéro n’était présent dans les rayons dédiés », souffle Adrien Sarreau, diplômé d’une école de commerce.

Fier de sa Normandie, l’entrepreneur conçoit l’ensemble de ses produits à base de produits régionaux « sauf l’huile d’olive. Inutile de faire des milliers de kilomètres lorsque l’on a tout à portée de main. Même les emballages sont fabriqués à côté de Verneuil-sur-Avre ».

Au début, L’Atelier d’Adrien et Cie proposait des sablés à l’andouillette. « J’ai stoppé cette production car je devais utiliser des arômes ». Aujourd’hui, la jeune entreprise, qui fournit les épiceries fines normandes et parisiennes, propose des sablés, des crackers et des gressins. « Je suis le seul à râper le camembert, le livarot et le neufchâtel à la main pour les intégrer dans mes recettes ».

Adrien Sarreau aime se démarquer. « Ma dernière gamme a été créé pendant le confinement et sort de l’apéro. J’ai confectionné des biscuits 100 % sucrés au café calva. Idéal pour le café, bien-entendu ! » En projet, des mélanges surprenants comme des gressins au hareng fumé ou encore des sablés à la pomme et au cidre. Le petit-fils d’Adrien Labrouche travaille en flux tendus, « selon les commandes pour une production fraîche. Je suis dans le laboratoire le matin. J’emballe l’après-midi et les colis partent en livraison le lendemain ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique