L'Eure Agricole Et Rurale 08 juillet 2019 à 11h00 | Par AUDREY OTTONELLI

Acupuncture sur bovins : il vaut mieux prévenir que guérir.

Anita Vaudron est éleveuse de vaches laitières à La Chapelle-Gauthier, près de Bernay. L’agricultrice pratique, depuis trois ans, l’acupuncture sur ses bovins. Rencontre

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anita Vaudron utilise l’acupuncture lors du tarissement,
du vêlage, mais également à la naissance des veaux.
Anita Vaudron utilise l’acupuncture lors du tarissement, du vêlage, mais également à la naissance des veaux. - © A.O.
Ancienne comptable, Anita Vaudron a rejoint son mari dans la ferme familiale, le Gaec Vaurdon, à La Chapelle-Gauthier, en 2003. « J’ai suivi une formation pour adultes en 2001 avant de passer le BPREA (brevet professionnel responsable d’exploitation agricole en productions animales ou horticoles, Ndlr). Je me suis installée en 2003 lorsque mon beau-père a pris sa retraite », se remémore l’éleveuse.
LA MÉDECINE ALTERNATIVE : UN ÉTAT D’ESPRIT
« A la maison, nous nous soignons grâce à la médecine alternative. Ce sont des techniques complémentaires à la médecine dite traditionnelle. Je me rends deux fois par an chez un acupuncteur. Nous utilisons également l’homéopathie ». En 2016, la chambre d’agriculture de Normandie propose une formation d’acupuncture sur les bovins. Anita Vaudron se lance. « L’initiation aux techniques d’acupuncture a été dispensée par Nayla Cherino Parra, vétérinaire installée dans la Manche. Les deux premiers jours étaient consacrés à l’initiation. La session suivante permettait de se perfectionner ». « L’acupuncture est une discipline de la médecine chinoise en lien avec les méridiens. L’objectif est de favoriser la circulation de l’énergie entre les organes ». Aujourd’hui, l’éleveuse de vaches laitières utilise, essentiellement, cette technique en prévention. «C’est un état d’esprit. Pour pratiquer l’acupuncture au mieux, il ne faut pas être stressé sinon les bovins le ressentent ».
DES FRAIS VÉTÉRINAIRES RÉDUITS
Anita Vaudron assure avoir réduit sa facture de frais vétérinaires d’environ 30 %. « Je travaille beaucoup en préventif avec la vingtaine de points enseignée, dont le triangle de l’immunité. Ce dernier est composé du point de la rate, celui du rein et celui du foie. C’est la base de l’acupuncture. Stimuler ces points permet de refaire circulerles énergies. Je l’utilise lors du tarissement, du vêlage mais également à la naissance des veaux ». La méthode est également utilisée en moyen curatif « en ajoutant d’autres points spécifiques aux problèmes». Aujourd’hui, l’agricultrice se réjouit. « Nous n’avons plus Les mammites, je ne sais pas trop ce que c’est. Tout comme les diarrhées sur les veaux et les problèmes de boiteries ». Anita Vaudron couple l’acupuncture à l’homéopathie. Elle fait également intervenir une ostéopathe toutes les six semaines, depuis environ 18 mois, pour «le côté préventif. Je me préoccupe du bien-être de mes vaches. Il faut toujours se remettre en question et s’adapter », conclut l’agricultrice.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui