L'Eure Agricole Et Rurale 01 avril 2021 a 08h00 | Par Cyril Cabrol

Actions syndicales au menu de cette semaine.

Une délégation d’agriculteurs était présente mardi 30 mars matin à la préfecture d’Evreux pour inaugurer une semaine d’actions syndicales.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Fabrice Moulard (Président FNSEA 27), Stéphane Prevost (Vice-Président FNSEA 27, Victor Delavoipiere (Co-président JA 27) et Gilles Lievens (Président Chambre d’agriculture 27) constituaient le groupe d’agriculteurs reçu par monsieur le préfet Jérôme Filippini et le DDTM Laurent Tessier
Fabrice Moulard (Président FNSEA 27), Stéphane Prevost (Vice-Président FNSEA 27, Victor Delavoipiere (Co-président JA 27) et Gilles Lievens (Président Chambre d’agriculture 27) constituaient le groupe d’agriculteurs reçu par monsieur le préfet Jérôme Filippini et le DDTM Laurent Tessier - © DR.

Ils ont exprimé les inquiétudes des agriculteurs vis-à-vis du projet de PSN et de la future PAC, certains aspects de la loi climat (eau, taxes sur engrais azotés), EGAlim et ses suites. Enfin, la décision du Conseil constitutionnel sur les modalités d’élaboration des chartes départementales a été débattue.

 

Inquiétudes au regard du projet de loi climat

Stéphane Prévost a mis en avant les deux sujets de la loi climat particulièrement impactant pour les agriculteurs. Il a rappelé que la FNSEA 27 et les JA 27 ont saisi les parlementaires de l’Eure la semaine précédente sur le sujet.

Le premier point remet en cause profondément les fondements du droit de l’eau. L’ensemble des projets de territoires (irrigation, retenues d’eau…), mais aussi l’ensemble des travaux agricoles traditionnels, comme le drainage des parcelles, pourraient être remis en cause. Stéphane Prévost a mis en avant le besoin de conserver une gestion équilibrée de la ressource en eau, principe fondateur de notre droit.

Le second point concerne la création potentielle d’une taxe sur les engrais azotés. Stephane Prévost insiste sur le surcoût pour les exploitations avec une nouvelle taxe franco-française et donc sur l’opposition ferme de la profession.

 

La Loi EGalim et ses insuffisances

Victor Delavoipiere a dressé un bilan des actions syndicales menées en GMS depuis le début de l’année et en particulier les relevés de prix effectués encore les semaines précédentes. Ces relevés montrent clairement un non-respect généralisé par les distributeurs des engagements de prix contractés lors des EGA.

Victor Delavoipiere a réclamé des contrôles plus fréquents de la DGCCRF pour vérifier ce qu’il se passe en magasin. Une note d’optimisme a soufflé avec l’évocation du récent rapport Papin qui suggère de nouvelles pistes pour améliorer les EGA.

 

La décision du Conseil Constitutionnel

La remise en cause par le Conseil Constitutionnel des modalités de consultation en vue de l’élaboration des chartes départementales a semé le trouble dans la profession agricole, mais aussi dans l’Administration. Gilles Lievens rappelle le soin qui a été apporté pour l’ensemble du processus, notamment en matière de consultation locale, et regrette clairement cette décision. Le préfet confirme la validité de notre charte départementale et des dispositifs ZNT en attendant les analyses nationales à venir.

Actions syndicales à venir.

Amaury Levesque (secrétaire général FNSEA 27) et Christophe Chopin (secrétaire général JA 27), nous dévoilent les actions en cours de préparation pour la semaine.

Amaury Levesque annonce deux actions cette semaine en complément de la visite du mardi 30 chez le préfet : « une en tracteur et une dans son fauteuil, tout le monde devrait pouvoir participer ».

Christophe Chopin indique que « les mots d’ordres sont les sujets qui ont été présentés au préfet, mais nous insisterons particulièrement sur notre vision de la PAC qui doit permettre un accès équitable et juste à toutes les options rémunératrices de la PAC, pour l’ensemble des agriculteurs. Aujourd’hui, perdre 70 Ä/ha sur le projet actuel est inconcevable. »


L’action en tracteurs

Amaury Levesque indique que « les agriculteurs seront invités à venir défiler en masse en convoi à Evreux vendredi 2 avril matin. L’objectif est de montrer notre force et notre union pour la défense de notre revenu ! »

 

L’action depuis son fauteuil

Christophe Chopin met en lumière l’action communication souhaitée « avec des envois massifs d’e-mails des agriculteurs à l’attention des responsables publics en charge du projet de PSN ». Il est prévu que les consignes suivent auprès des agriculteurs dans les heures qui suivent cette interview réalisée mardi 30, juste avant le bouclage et envoi à l’imprimerie. •

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique