L'Eure Agricole Et Rurale 20 mars 2013 à 11h35 | Par F. Carbonell

Actions - Face à une situation intenable, les éleveurs laitiers lancent leurs premières actions “coup de poing”

Si l’on ne peut encore parler de point de non retour pour la filière laitière, la situation catastrophique vécue par les producteurs a assez duré. Le temps des actions et venu. Jeunes agriculteurs et FDSEA de l’Eure se mobilisent. Et ce n’est qu’un début.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© JA27)  © JA27  © JA27  © JA27  © JA27  © JA27
Mardi matin, à l’aube, plusieurs Cija parmi lesquels ceux du Roumois, de Cormeilles mais aussi du Pays d’Ouche et des Andelys, ont été rendre visite à quelques grandes enseignes de la distribution. Le prix du lait est, évidemment, au coeur de cette action “coup de poing”.
Depuis un an, les producteurs de lait subissent une forte hausse des coûts d’alimentation de leur cheptel et une importante baisse du prix du lait” pouvait-on lire sur l’un des tracts distribués par les jeunes agriculteurs. Un litre de lait nous est payé  30 centimes d’euros alors qu’il nous coûte 40 centimes à produire.Etes-vous prêt, vous aussi, à travailler à perte ?” Le désarroi des producteurs de lait fait donc place, aujourd’hui à la colère. D’où l’occupation symbolique des parkings et entrées de grandes enseignes dans les quatre coins de l’Eure.
“Les jeunes agriculteurs appellent tous les maillons de la filière à leurs responsabilités” lancent les responsables de la centrale syndicale jeune. “Les jeunes ne peuvent pas être les seuls à se serrer la ceinture.Une meilleure répartition des marges dans toute la filière est vitale !”

Accord transactionnel
Du côté de la FDSEA de l’Eure et de sa section laitière conduite par Manuel Gavelle, la mobilisation est engagée depuis plusieurs jours déjà autour d’une démarche différente mais très complémentaire de celle des JA.S’appuyant sur le même constat d’échec face aux acteurs de la filière (entreprises laitières et distributeurs) “qui n’ont toujours pas pris en compte l’augmentation des charges des producteurs et la nécessité d’augmenter le prix du litre de lait”, Manuel Gavelle a envoyé un courrier à tous les présidents cantonaux pour les appeler à rencontrer les directeurs des enseignes de supermarchés et leur faire part des difficultés accumulées. L’objectif : qu’ils prennent connaissance et signent un accord transactionnel. Une démarche engagée ainsi dans tout le département.
Rappelons qu’avant cette opération, les présidents des FDSEA de l’Eure et de Seine Maritime, Régis Chopin et Arnold Puech D’Alissac et Manuel Gavelle avaient eu l’occasion de rencontrer les pouvoirs publics (notamment le préfet de Région) pour les alerter et leur demander “la prise en compte d’un indicateur de charges dans la négociation du prix du lait lorsque ces charges viennent complètement rogner nos marges...”
Retrouvez un article sur la FNPL dans l'Eure Agricole du 21/03/13, page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Toutes les familles heureuses le sont de la même manière, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

Léon Tolstoï

Le chiffre de la semaine
15
15 millions d’euros d’aides européennes sont disponibles pour la France pour le programme Fruits et Légumes à l’école, a rappelé Légumes de France le 3 avril. Malheureusement, les responsables de la filière craignent que les lourdeurs administratives ne rebutent les opérateurs pour utiliser ce dispositif.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui