L'Eure Agricole Et Rurale 13 mai 2021 a 08h00 | Par Thierry Guillemot

À Chambord, agriculteurs et chasseurs retricotent le maillage de haies

Agriculteurs, chasseurs, collectivités territoriales et Agence de l'Eau unissent leurs efforts pour replanter des linéaires de haies au profit de la biodiversité. Cette année, le compteur affiche déjà 21 km. Parmi les contributeurs, Sébastien Rivière, agriculteur à Chambord (27).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Depuis 2017, la FDC 27 est agréée BCAE7. Elle encadre toutes les demandes de déplacement de haie formulées par les agriculteurs et évite la suppression de plusieurs km par an. Au cahier des charges de toute nouvelle replantation aidée : essences (6 au minimum) indigènes uniquement, paillage naturel, mise à disposition de protections à prix coûtant.
Depuis 2017, la FDC 27 est agréée BCAE7. Elle encadre toutes les demandes de déplacement de haie formulées par les agriculteurs et évite la suppression de plusieurs km par an. Au cahier des charges de toute nouvelle replantation aidée : essences (6 au minimum) indigènes uniquement, paillage naturel, mise à disposition de protections à prix coûtant. - © TG

« Je suis né à Chambord et j'ai passé toute ma jeunesse dans cette nature. Il y avait des haies tout le long des chemins, mais, peu à peu, les prairies ont disparu ainsi que les haies bien souvent attachées à l'élevage ». Vendredi dernier sur son exploitation, Sébastien Rivière, céréalier et éleveur, a accueilli Jérôme Filippini à l'ombre de haies qu'il a replantées ces dernières années. Initiateur de ce rendez-vous et acteur technique et financier de cette reconquête des paysages, la FDC 27 (Fédération Départementale des Chasseurs). « Cela fait plus de 20 ans que l'on s'intéresse à la biodiversité. Certains doivent changer d'a priori sur les chasseurs », ont plaidé de concert Dominique Monfilliatre et Nicolas Gavard-Gongallud, président et directeur de la structure. Le préfet de l'Eure, très attaché à la biodiversité tant animale que végétale, mais aussi à celle des idées et des points de vue, en a profité pour faire le lien avec le plan de relance. A l'échelon régional, une enveloppe de 3,3 Me est au service de la haie, par exemple pour embaucher un animateur au sein d'un territoire.Une dizaine de dossiers dans l'Eure sont en cours d'instruction concernant le premier appel à projets désormais clôturé, le second est ouvert.

 

3 semaines de lamier

Si la replantation est aidée (jusqu'à 500 plants gratuits par an et par adhérent selon un cahier des charges précis), il ne faut pas s'attendre à un retour économique immédiat. Sébastien ne valorise pas son bois, il passe même 3 semaines par an au lamier. Mais le décor n'est pas figé. A terme, la haie pourrait être reconnue pour sa fonction de stockage carbone. Avec un peu de bonne volonté politique, ce service environnemental, pourrait bien un jour être reconnu, donc rémunéré. En attendant, Sébastien se réjouit de ses coins à bécasse et autres petits animaux, chassables ou pas, pendant que ses voisins flânent à l'ombre.

Merci qui ?

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Eure Agricole et Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L'EURE AGRICOLE ET RURALE VOUS INFORME Votre journal vous sera normalement adressé comme à l’habitude aujourd'hui. En tant qu’abonné, vous pouvez aussi le consulter en version numérique. Pour y accéder rien de plus facile, cliquez sur l'article ci-dessous

L'équipe de L'Eure Agricole et Rurale

Le chiffre de la semaine
02 32 28 55 55
C'est votre contact pour vous abonner au journal numérique